Malawi : Des agriculteurs utilisent des sacs de conservation hermétiques pour éviter les pertes et les produits chimiques

| juillet 9, 2018

Téléchargez cette nouvelle

Quand Chifundo Banda entendit parler des sacs PICS à la radio, il savait qu’il voulait les tester. Monsieur Banda cultive du soja, des arachides et du maïs sur une ferme de cinq acres dans le village de Ligelio, dans la zone d’autorité traditionnelle de Simphasi, dans le district de Mchinji, au Malawi. À l’instar de plusieurs agriculteurs et agricultrices, les pertes après récolte constituent un de ses plus gros problèmes.

Monsieur Banda déclare avec un grand sourire : « Avant d’utiliser les sacs PICS, je dépensais beaucoup d’argent pour l’achat de produits chimiques pour combattre les ravageurs. Mais avec les sacs PICS, je ne suis plus inquiet, car je peux utiliser le même sac pendant trois ans sans avoir besoin d’appliquer des produits chimiques. »

Les sacs pour la conservation améliorée des denrées de l’Université de Purdue, ou sacs PICS, sont des sacs hermétiques qui permettent de maintenir les organismes nuisibles à l’écart sans recourir aux produits chimiques.

Des études récentes révèlent que certains agriculteurs et agricultrices perdent jusqu’à 30 % de leur maïs après la récolte. Les perceurs de céréales et d’autres ravageurs pénètrent dans la zone d’entreposage et rongent le maïs. Pour éviter cela, les paysans et les paysannes tentent de vendre leur maïs juste après les récoltes. Cela fait que plusieurs familles n’ont pas suffisamment à manger.

Charles Singano est chercheur principal au Département des services de recherches agricoles du Malawi. Il explique : « Le problème est exacerbé par d’autres facteurs tels que [le fait que] les agriculteurs qui utilisent des produits chimiques pour l’entreposage des cultures ne savent pas comment appliquer ces produits correctement. Ils ne les achètent pas chez des distributeurs d’intrants et les produits sont exposés au soleil. Par conséquent, cela amoindrit l’efficacité des produits chimiques. »

Pour résoudre le problème, l’activité de diversification agricole de l’initiative américaine Feed the Future a lancé deux campagnes radiophoniques sur les sacs PICS. La première a été diffusée d’août à novembre 2017 par Mudziwathu Radio et la deuxième est en cours pour couvrir la saison commerciale 2018 qui prend fin en novembre.

La deuxième campagne est diffusée dans une émission agricole régulière intitulée Tipindule ndi Mtedza komanso Soya, ou « Faisons des bénéfices avec la culture des arachides et du soja » qui passe tous les mardi et jeudi sur Zodiak Broadcasting, une station qui couvre l’ensemble du territoire national. Ces campagnes visent à promouvoir l’utilisation des sacs PICS auprès des agriculteurs et des agricultrices d’exploitations familiales du Malawi.

Les sacs PICS sont des sacs tissés en nylon qui contiennent deux doublures internes de polyéthylène haute densité. Chacun des trois sacs peut être refermé séparément, rendant ainsi le sac hermétique. En l’absence d’oxygène, les insectes sont incapables de survivre à l’intérieur des sacs.

Les sacs PICS peuvent contribuer à la réduction des pertes après récolte de diverses céréales et légumineuses. Cette technique a été conçue par la Purdue University, aux États-Unis, et testée par la Lilongwe University of Agriculture and Natural Resources et le Comité d’approbation des technologies agricoles.

C’est en écoutant la station de radio Mudziwathu que monsieur Banda a appris l’existence des sacs PICS.

Il déclare : « Je voulais réellement avoir ces sacs, car j’avais entendu dire qu’ils n’avaient pas besoin de produits chimiques. »

L’organisation Catholic Relief Agency Development a expliqué la technique, et offert gratuitement à monsieur Banda deux sacs pour faire un test. Monsieur Banda ajoute : « Je me suis également renseigné par la suite où je pouvais me procurer ces sacs, et on m’a dit que je pouvais en trouver chez les distributeurs d’intrants autorisés et je me suis arrangé pour acheter 10 sacs chez Kulima Gold situé à 19 kilomètres de mon village. »

À l’instar de plusieurs autres agriculteurs et agricultrices, monsieur Banda était préoccupé par le coût des sacs. Le sac de 50 kilogrammes coûte 900 kwacha (1,23 $ US) et le sac de 100 kilogrammes coûte 1 200 kwacha (1,64 $ US). Monsieur Banda espère qu’avec le temps, le gouvernement subventionnera le coût, afin qu’un plus grand nombre de paysans et paysannes puissent en bénéficier. Il affirme également que les distributeurs d’intrants doivent faire en sorte pour que les sacs soient disponibles dans les régions les plus éloignées pour éviter que les agriculteurs et les agricultrices soient obligés de parcourir de si longues distances pour s’en procurer.

Monsieur Banda a depuis lors formé d’autres agriculteurs et agricultrices sur l’utilisation des sacs PICS. Il est membre du club d’écoute de radio Chiziro, formé de 28 agriculteurs et agricultrices qui se rassemblent pour écouter l’émission radiophonique, discuter de ce qu’ils ont entendu et agir sur la base des techniques agricoles dont ils ont entendu parler à la radio.

Ils peuvent également appeler une ligne d’assistance téléphonique réservée aux agriculteurs et aux agricultrices pour poser des questions sur les sacs PICS. Tenniess Kamnkhwani est agent de vulgarisation agricole au centre d’assistance téléphonique Mlimi. Il déclare : « Il y a de gros volumes d’appels téléphoniques provenant de tout le pays concernant les sacs PICS. Le nombre varie entre 70 et 300 par mois. Je crois que cela va réellement aider les paysans. »

Cependant, monsieur Kamnkhwani soutient que beaucoup d’agriculteurs et d’agricultrices se plaignent du fait qu’ils ont de la difficulté à trouver les sacs PICS là où ils vivent. Par conséquent, la campagne radiophonique leur permet de savoir où en trouver.

Pauline Mbukwa a rédigé la présente nouvelle pendant qu’elle travaillait pour Farm Radio Trust au Malawi.