RDC : Le commerce en ligne se développe à cause de la crise du COVID-19

| janvier 18, 2021

Téléchargez cette nouvelle

Nouvelle en bref

À Goma, une ville de l’est de la RDC, l’activité agricole de Chris Ayale a connu une expansion rapide pendant le confinement causé par le COVID-19. En 2018, monsieur Ayale avait crée Kivu Green, une plateforme en ligne pour l’achat et la vente de produits agricoles. Les producteurs(trices) peuvent utiliser leurs téléphones pour afficher leurs produits et recevoir des commandes. Les personnes qui veulent acheter peuvent voir les produits disponibles en ligne, les prix et lancer une commande. Cela est particulièrement pratique lorsque les restrictions restreignent les possibilités pour les commerçant(e)s formels et informels de se déplacer entre les villes et les campagnes. Même si tous les agriculteurs(trices) n’ont pas de téléphone pour profiter de cette plateforme numérique, Sivirwa Baseme, un représentant des commerçant(e)s formels et informels, affirme que la coopérative des commerçant(e)s s’est inscrite sur la plateforme au nom de ses membres.

Il est 5 h 30 à Goma, à l’est de la République démocratique du Congo ou RDC. Chris Ayale, un jeune entrepreneur, y habite depuis quelques années. Téléphone en main, il cherche à contacter ses client(e)s habituels, une sorte de consultation journalière. Il explique : « Notre mission est de mettre en place des solutions technologiques dans le souci majeur de faciliter, de connecter, d’optimiser et de promouvoir … l’agriculture, la pêche et l’élevage en RDC. »

C’est pourquoi monsieur Ayale a créé en 2018 son entreprise Kivu Green. C’est une plateforme en ligne qui permet aux producteurs(trices) d’utiliser des SMS pour écouler leurs productions grâce aux téléphones portables. Kivu Green a un impact positif sur la jeunesse congolaise, car elle contribue à la création d’emplois. L’entreprise n’a pas été touchée par les effets du COVID-19, car elle travaille en numérique. Son promoteur soutient même que le chiffre d’affaires est en hausse. Il explique : « Avec l’apparition du COVID-19, nous avons enregistré une augmentation rapide des ventes de 30 % pendant le confinement. Chaque jour, il y a au moins un client qui me contacte pour la vente ou l’achat en ligne. »

À cause du coronavirus, les vendeurs(euses) formels et informels des villes avaient du mal à se déplacer pour s’approvisionner en légumes, fruits, et autres vivres frais dans les zones rurales. Ils devaient utiliser les nouvelles technologies de l’information pour faire des commandes à distance au moyen d’outils de commerce en ligne comme les centres d’appel, les SMS et WhatsApp.

Un(e) acheteur(teuse) consulte ce qui est disponible et le prix. Une fois la commande passée, la livraison se fait gratuitement à domicile grâce aux moyens de transport de l’entreprise Kivu Green. Ces solutions ont soulagé les producteurs(trices) locaux qui ne savaient plus comment écouler leurs marchandises.

Monsieur Ayale collabore avec des producteurs(trices), des coopératives, des vendeurs(euses) dans les marchés publics, des hôtels et restaurants, des entreprises et des ONG de plusieurs localités du pays, dont Kinshasa, Masisi, Goma, Bukavu, Beni, etc. À ses dires, son entreprise gagne de l’argent sur la plateforme grâce aux commissions et aux abonnements.

Sifa Bulambo est une jeune femme qui vit à Goma, une ville touristique de la RDC. Elle confirme que, depuis le confinement, elle utilise Kivu Green. Elle a connu cette plateforme grâce à ses amis entrepreneurs(euses). MadameBulambo déclare : « Pour faire des achats en ligne, j’ai juste besoin du lien de l’application Kivu Green qui me dirige vers l’option où l’on affiche chaque produit et son prix en monnaie locale. Après avoir choisi le produit, je passe facilement ma commande via les réseaux de téléphonie, en utilisant Airtel money ou d’autres réseaux cellulaires. »

Pour madame Bulambo, bien que la plateforme Kivu Green soit facile et innovante, le marché public garde sa particularité. Elle explique :« Avec l’application, le prix reste fixe. Je n’ai pas l’occasion de marchander comme d’habitude quand je suis au marché de Virunga, par exemple. Je suggère que l’on fasse de cette application des ventes à la congolaise, si possible ajouter l’option marchander. »

Jean Basabose Hakimana est un jeune entrepreneur vivant à Masisi, dans le Nord-Kivu, à environ 80 kilomètres de la ville de Goma. Il a connu Kivu Green lors d’une conférence de jeunes entrepreneurs à Goma. Depuis lors, il a commencé à écouler ses produits champêtres sans difficulté. Il déclare : « Pour devenir collaborateur, il m’a fallu ouvrir un compte dans l’application Kivu Green pour avoir des informations sur différentes transactions sur le marché. À chaque besoin, l’entreprise nous contacte au téléphone pour et prend des dispositions pour que nous envoyons nos produits vers elle, qui a son tour fait la livraison. »

Sivirwa Baseme est un représentant des commerçant(e)s formels et informels. Il trouve cette pratique en ligne innovante, mais affirme que certains de ses membres peinent à utiliser la nouvelle application, car elle repose sur une nouvelle technologie à laquelle tout le monde n’a pas accès. Il explique : « Le monde évolue, mais nous remarquons que tout le monde n’a pas de téléphone Android au Congo. Nombreux vivent au jour le jour, et n’arrivent pas à satisfaire leurs besoins. Voilà pourquoi nous avons adhéré à cette initiative de signer un contrat au nom de la coopérative des acheteurs pour permettre à nos membres qui ont du mal à écouler leurs produits sur les marchés publics de venir tenter leur chance grâce à cette application Kivu Green. »

Le commerce en ligne est nouveau au Nord-Kivu. Plusieurs personnes ne savaient pas comment l’utiliser. Mais grâce à la stratégie des petites formations organisées avec différents partenaires de Kivu Green, les choses commencent à s’améliorer. Certaines personnes ne se déplacent plus pour faire des achats, évitant ainsi les risques de contamination par le COVID-19. Mais le grand défi pour les acheteurs(teuses) et les vendeurs(euses) demeure au niveau de la connexion et du coût d’Internet.

La présente nouvelle a été produite grâce au soutien financier du gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada.