Ouganda : Un enseignant laisse les classes derrière lui, mais continue à sensibiliser

| janvier 19, 2015

Téléchargez cette nouvelle

John Kaganga transforme la vie des jeunes en milieu rural. L’enseignant à la retraite motive les jeunes à prendre leurs houes et à se bâtir un meilleur avenir à Kasejjere, un village situé à 70 km au nord-ouest de Kampala, la capitale ougandaise.

Kaganga raconte : « Lorsque je suis retourné chez moi après avoir résidé en ville pendant 20 ans, je me suis rendu compte que la communauté était à la traîne. Partout où je regardais, les arbres avaient été abattus pour la production du charbon de bois et la terre était en train de se dégrader. »

Pour pallier ces problèmes, j’ai créé l’association environnementale Kikandwa (KEA). Tenant une binette de jardin dans une main et un carnet dans l’autre, M. Kaganga encourage les enfants et les jeunes adultes âgés de sept à trente ans pendant qu’ils cultivent. L’homme de 59 ans apprend à ses « élèves » à se servir de l’agriculture pour assurer leur sécurité alimentaire et faire face au changement climatique.

Il déclare : « Je suis né d’une famille d’agriculteurs. Ma mère est décédée lorsque je n’avais que deux ans. Alors, ma grand-mère m’a recueilli et m’a appris à aimer l’agriculture. »

La terre agricole désormais fertile, sur laquelle M. Kaganga enseigne aux jeunes agricultrices et agriculteurs, était auparavant utilisée pour la culture sur brûlis. Les agricultrices et les agriculteurs défrichaient entièrement la terre pour créer plus d’espace en vue d’y cultiver. Cependant, plusieurs avaient du mal à nourrir leurs familles.

Kaganga explique : « Ce n’est pas écologique et cela entraînait une sérieuse dégradation des sols. Lorsque j’ai mis [KEA] sur pied, mon objectif était de motiver les jeunes à devenir des agricultrices et des agriculteurs d’exploitations familiales durables et à mettre fin à la déforestation. »

Le village de Kasejjere compte 200 ménages et environ 1 000 habitants. Plus de 100 jeunes agricultrices et agriculteurs sont membres de KEA, y compris quelques-uns des huit enfants et dix petits-enfants de M. Kaganga.

Claire Nakate est la petite fille de M. Kaganga. La jeune fille de 14 ans est à sa première année d’études secondaires. Elle manie une houe tout en bêchant le champ familial en compagnie de deux frères et quatre aimables amis.

Mme Nakate raconte toute joyeuse : « J’aime désherber, élaguer et planter les graines. Mais ce que j’aime le plus c’est élever des animaux comme les chèvres, les porcs et les vaches. Je peux gagner de l’argent pour payer mes frais de scolarité et acheter de la nourriture grâce à l’agriculture. »

Son grand-père, tout fier, arbore un large sourire et dépose sa houe. Prélevant une poignée de terre, M. Kagamga déclare : « Aujourd’hui, beaucoup de jeunes veulent avoir de l’argent rapidement, alors ils vendent des terres pour acheter des motos ou partir en ville en vue d’y trouver un emploi. Ils ne se sont pas nombreux à vouloir se salir les mains. »

Kaganga pense que la jeunesse doit se tourner vers l’agriculture pour créer ses propres emplois. Il soutient que l’agriculture peut avoir un énorme impact sur la sécurité alimentaire et l’environnement si on apprend les techniques durables aux jeunes.

KEA bénéficie de l’appui de l’Eastern and Southern Africa Small-scale Farmers Forum (ESAFF) qui aide à former les agricultrices et les agriculteurs d’exploitations familiales en Ouganda sur les pratiques agricoles durables.

Yvette Ampaire est l’agente chargée des campagnes et des services de plaidoyer de l’ESAFF. Elle déclare : « C’est encourageant de voir le travail que [M. Kaganga] fait. C’est un agriculteur assez exceptionnel. Il apprend quelque chose, le met en pratique et transmet l’information aux autres. »

Elle est impressionnée par l’ambition que nourrissent les jeunes agricultrices et agriculteurs de Kasejjere. Mme Ampaire déclare : « Pour eux, le ciel est la limite. »

Kaganga a permis à Kasejjere de devenir un village agricole exemplaire. Il a également mis en place un centre de ressources communautaire pour aider les jeunes à se préparer pour un meilleur avenir dans le domaine agricole. La bibliothèque de KEA propose des livres sur les pratiques agricoles durables, les questions environnementales et les solutions pour le climat.

M. Kaganga déclare : « L’information vous donne du pouvoir. Si nous voulons résoudre la crise liée au climat, nous devons mettre en contact tous les villages ruraux du monde et échanger les informations. »