Ouganda : Un enseignant du primaire entreprend une deuxième activité : la culture des patates douces à chair orange

| octobre 31, 2016

Téléchargez cette nouvelle

Okot Thomas utilise une houe pour préparer sa terre afin d’y planter des boutures de patate douce à chair orange dans son champ marécageux. M. Thomas est le directeur d’une école primaire du district de Gulu, en Ouganda.

C’est en 2015 qu’il a entendu parler pour la première fois de patate douce à chair orange alors qu’il écoutait Radio Mega 103.2 FM. Après avoir eu l’idée de cultiver des patates douces à chair orange, il enseigne et cultive à présent.

M. Thomas vit avec sa femme et leurs six enfants à Arut, un village au centre du pays. Après avoir constaté les avantages de cette culture, il fait désormais la promotion des patates douces à chair orange dans sa région. Il déclare : « J’ai commencé par une superficie d’une acre et demi sur laquelle j’ai récolté 50 sacs l’an dernier. Si vous venez [chez] moi, vous vous délecterez de patates douces à chair orange et, qui sait, peut-être que vous voudriez en rapporter à vos enfants. »

Il conserve des boutures de chaque récolte pour ne pas avoir à acheter de nouvelles chez d’autres agriculteurs et agricultrices durant la saison de plantation suivante.

Outre son salaire d’enseignant, M. Thomas affirme que la culture de patates douces à chair orange lui procure un revenu décent. Il explique : « Sur le marché ouvert, le sac de patates douces à chair orange coûte 75 000 shillings (23 $US), tandis que le sac de boutures, lui, coûte 20 000 shillings (6 $US)…. Un(e) enseignant(e) doit attendre la fin du mois pour percevoir son salaire, alors qu’un agriculteur ou une agricultrice peut avoir de l’argent quasiment tous les jours. »

En 2015, M. Thomas a vendu 50 sacs de boutures pour 1 750 000 shillings ougandais (500 $US). Il a également fourni trois sacs à un hôtel de son district pour un montant de 225 000 shillings ougandais (67 $US), et les hôtels lui en commandent de plus en plus.

M. Thomas soutient que la pelure et la chair de ces patates douces sont orange. Mais, il souligne que, malgré cette différence de couleur, le goût est délicieux.

Il explique que dans sa région, les gens utilisent les patates douces à chair orange pour faire du mandazi (un goûter local fait de pâte frite), de la bouillie et du chapati. Il ajoute : « J’ai appris à faire de la farine avec cette patate. On peut également la découper en tranches qu’on fait sécher au soleil pendant quelques jours avant de les consommer. Toutefois, j’ai l’intention d’acheter une machine pour transformer la patate. »

M. Thomas est membre d’une association locale de producteurs et de productrices de patates douces à chair orange. L’association a été créée pour aider les agriculteurs et les agricultrices à trouver de meilleurs marchés pour leurs produits. Il explique : « Nous nous réunissons tous les jeudis … pour faire un état des ventes et des réserves. Même si les prix divergent, nous redoutons les intermédiaires. »

M. Thomas partage son savoir-faire sur la culture de patates douces à chair orange avec plusieurs membres de sa communauté, y compris d’autres directeurs d’école et associations paysannes.

Stephen Justin est expert agricole chez HarvestPlus en Ouganda. Il pense que les campagnes radiophoniques participatives menées récemment par Radios Rurales Internationales en collaboration avec HarvestPlus aident des agriculteurs et des agricultrices comme M. Thomas à acquérir des compétences en matière de culture et de commercialisation des patates douces à chair orange.

Même si M. Thomas entrevoit un avenir radieux avec la production de cette denrée, il soutient que les agriculteurs et les agricultrices sont confrontés à certaines difficultés, dont la pénurie de boutures pour la plantation, le manque d’équipement et les animaux domestiques qui détruisent les boutures.

Il compte agrandir son exploitation pour cultiver plus de patates douces à chair orange et accroître son marché. Il veut acheter un bœuf et devenir un producteur de patates douces à chair orange célèbre dans sa région.