Mali : Les énergies renouvelables stimulent la production agricole (ONU Femmes)

| octobre 5, 2015

Téléchargez cette nouvelle

Selon un recensement effectué il y a peu, près de huit femmes maliennes sur dix vivent en milieu rural. Bien que ses femmes aient très peu accès aux ressources telles que la terre et les crédits, elles produisent 70 pour cent des denrées cultivées au Mali et représentent 49 pour cent de la main d’œuvre agricole active.

ONU FEMMES et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ont lancé une nouvelle initiative visant à s’attaquer aux facteurs qui entravent le développement socio-économique des femmes au Mali. Cette initiative a formé les femmes et leur a fourni du matériel afin de les aider à produire et commercialiser des produits locaux.

Le matériel composé de moulins, de congélateurs et de séchoirs fonctionne à l’énergie solaire. Pour la plupart des femmes impliquées dans le projet, cette énergie renouvelable constitue la seule source d’électricité de leur village.

Les femmes se servent de ces équipements pour extraire, faire sécher et écraser, ou généralement transformer des fruits comme la mangue et le tamarin, ainsi que d’autres produits locaux tels que le gingembre et les fleurs d’hibiscus. Elles fabriquent du sirop, des jus, de la confiture et des biscuits. Les céréales comme le millet et le fonio sont transformées en farine, en couscous et d’autres aliments locaux.

Kadidia Diawara est la mairesse de la commune rurale de Dandougou Fagala. Elle affirme que le projet profite non seulement aux femmes, mais également à la communauté entière. Mme Diawara déclare : « Avant l’installation des usines, la saison morte était une période d’endettement pour notre commune. »

Les Maliennes s’occupent de plusieurs tâches ménagères, y compris la corvée du bois de chauffe, qui pèse tant sur les femmes que sur l’environnement. Une des causes principales de la déforestation au Mali est la coupe du bois qui sert de combustible. Le bois de chauffe constitue 75 pour cent de la consommation d’énergie des ménages.

Le projet a remis aux femmes des fourneaux plus économes. Ces fourneaux exigent moins de bois et réduisent ainsi le nombre d’heures consacrées par les femmes à la recherche de cette ressource rare.

Bouaré Djénéba Traoré habite à Moninpébougou, un village de la région de Koulikoro, à l’ouest du Mali. Elle a reçu elle aussi un nouveau fourneau. Mme Traoré raconte : « Les nouveaux foyers améliorés font une énorme différence. J’utilise uniquement trois bûches pour faire la cuisine maintenant. Cela signifie que ma réserve de bois dure plus longtemps et que j’ai plus de temps pour vaquer à [d’autres] occupations.

Le projet offre d’autres avantages. Samaké Kadiatou Traoré est originaire de Massakoni, une localité située à environ 30 kilomètres à l’est de la capitale malienne, Bamako. Elle déclare : « Avant, chacune s’occupait de ses propres affaires. Mais, maintenant, nous nous connaissons mieux, et ce, grâce au projet. Lorsque nous ne travaillons pas, nous nous rendons mutuellement visite pour trouver ensemble des solutions aux problèmes des unes et des autres, ce qui n’était pas le cas avant. »

Pour lire l’intégralité de l’article duquel provient cette histoire intitulée « Au Mali, les énergies renouvelables stimulent la production agricole », cliquez sur : http://www.care2.com/causes/in-mali-renewable-energy-boosts-agricultural-production.html#ixzz3nCHWyN56