Côte d’Ivoire : De jeunes journalistes réalisent des émissions pour leur collectivité (UNICEF)

| novembre 16, 2015

Téléchargez cette nouvelle

Wilfried Yede pourrait ressembler à tout autre garçon de 15 ans, timide et à la voix douce. Il est en train de grandir, et ses vêtements commencent à ne plus lui faire. L’adolescent n’est peut-être pas très intéressé par les nouvelles modes, mais il est intelligent et actif, et s’investit dans la radio!

Aujourd’hui, M. Yede rencontre un ami pour apprendre à écrire. Il explique : « Je dois participer à un concours d’orthographe dans quelques semaines. J’apprends de nouveaux mots, de nouvelles règles grammaticales, et cela m’aide pour mes études, et mon métier d’animateur à la radio, car cela me permet de mieux m’exprimer. »

L’an dernier, M. Yede et neuf autres adolescents ont appris à réaliser leurs propres émissions pour la jeunesse à Radio Amitié dans le cadre d’un projet réalisé par UNICEF Côte d’Ivoire, en partenariat avec la Fondation Radio Enfants. Radio Amitié ou « amitiés » est le plus grand et le plus célèbre diffuseur d’émissions radiophoniques communautaires de Yopougon, un quartier voisin d’Abidjan, la capitale ivoirienne. Des dizaines de milliers d’auditrices et d’auditeurs écoutent les émissions de jeunes deux fois par mois.

M. Yede et ses collègues ont surnommé leur émission L’éveil des enfants. Il raconte : « Nous parlons de choses qui nous concernent le plus, nous les enfants. Il s’agit de sujets dont les adultes ne veulent souvent pas parler, comme la violence sexuelle ou l’éducation des filles, qui demeurent d’énormes problèmes dans notre région. »

Stéphanie Aké est journaliste radio, animatrice et mentor des jeunes journalistes à Radio Amitié. Elle affirme que ses collègues ne croyaient pas que les enfants pourraient apprendre à réaliser eux-mêmes des émissions, mais qu’ils ont été agréablement surpris. Mme Ake déclare : « Lorsque les enfants parlent de sujets dont les adultes ne se sentent pas très à l’aise de parler, les gens écoutent. Et la meilleure, c’est [que] les idées viennent des enfants eux-mêmes. »

Carelle travaille avec M. Yede à l’émission L’éveil des enfants. L’adolescente de 14 ans s’occupe de plusieurs aspects de l’émission, tels que l’enregistrement des interviews, des débats, des commentaires et des micros-trottoirs. Elle se considère comme une spécialiste en matière de débat.

Carelle rêvait d’être journaliste radio depuis l’âge de neuf ans. Elle se rappelle : « J’ai vu quelqu’un parler avec un microphone, avec une si grande assurance, et j’ai su que c’est ce que je voulais faire. J’étais très timide, et j’aimais rester dans mon coin. Mais, maintenant, je sors, je discute avec les gens, je peux m’exprimer et je n’ai pas peur de poser des questions. »

Ange Aye-Ake est spécialiste en communications à l’UNICEF, en Côte d’Ivoire. Il déclare : « Nous voulons former une génération de jeunes qui n’ont pas peur de poser des questions, d’émettre des critiques et de participer aux discussions … qui les concernent et qui ont trait à leurs droits en tant qu’enfants. »

M. Yede déclare : « Le fait d’être un enfant et un journaliste en même temps m’apporte beaucoup de choses dans la vie. Cela me permet de m’exprimer, surtout par rapport aux problèmes auxquels sont confrontés les membres de ma communauté. Peut-être qu’en parlant ensemble de ces choses, nous pouvons commencer à trouver des solutions. »

Pour lire l’intégralité de l’article duquel provient cette histoire intitulée « De jeunes reporters à l’écoute de leur communauté », cliquez sur : http://www.unicef.org/french/infobycountry/cotedivoire_86044.html

Photo crédit: UNICEF