La mère de North Star FM utilise un format original de feuilleton radiophonique pour aborder les sujets sensibles

03 Décembre 2018
A translation for this article is available in English

La seule radiodiffuseuse de North Star FM, à Tamale, au Ghana, est affectueusement appelée « Mama Rash. » C’est ainsi qu’on l’appelle dans toutes les familles des communautés de la région du Nord.

Mama Rash anime l’émission matinale du lundi au vendredi. Elle est confiante et à l’aise dans le studio. Elle rit avec les auditeurs et les auditrices durant le segment de la tribune téléphonique, manipule aisément les boutons et les touches du tableau de mixage et se balance au rythme de la musique pendant qu’elle prépare la liste de lecture.

Cela fait 17 ans qu’elle est radiodiffuseuse, et elle a commencé à travailler à North Star FM en 2017. Elle est une voix adorée par des milliers d’auditeurs et d’auditrices en anglais, en dagbanli et en haoussa qui l’écoutent. Outre l’émission du matin, elle anime une émission intitulée Women, Children and Mothers (Femmes, enfants et mères), et elle réalise l’émission agricole Farmers Time (L’heure des agriculteurs). Les deux émissions sont diffusées en dagbanli.

Mais sans doute son émission la plus populaire, mais tout de même controversée, passe le jeudi soir de 22 h à minuit. Elle s’intitule Ti Bang Mi Taba Fua Fua Shee, qui traduit littéralement, signifie « Connaître les sensibilités de votre partenaire. » Il s’agit d’une émission sur le sexe, mais elle y parle également de la santé des femmes, ainsi que des mythes et des idées fausses.

« Je ne me qualifierai pas de défenseur des droits de la femme, » rit-elle, « mais les problèmes des femmes me passionnent. »

Faisant fi des stéréotypes, Mama Rash touche beaucoup d’hommes et de femmes avec son émission. Cependant, les commentaires ne sont pas toujours positifs. Dans une culture où le sexe demeure un sujet tabou, certains auditeurs et auditrices appellent durant l’émission pour se plaindre du contenu inapproprié. D’autres ont même rendu visite au directeur de la station pour lui demander de ne plus diffuser l’émission.

Mama Rash reste sereine : « Je n’ai aucun problème. Lorsque je sais que je fais une bonne chose, et qu’on me critique, cela ne me fait rien. »

L’émission comprend une discussion qui a lieu en studio avec des médecins, des thérapeutes et des chefs religieux locaux, ainsi qu’une tribune téléphonique. Mama Rash incorpore également un format original de feuilleton radiophonique appelé théâtre forum.

Ce dernier fait participer l’auditoire. Un groupe de comédiens et de comédiennes interprètent une scène, le directeur artistique interrompt la scène à un moment donné et demande aux membres de l’auditoire d’exprimer leurs pensées, leurs avis et leurs idées. L’auditoire peut également remplacer ou ajouter des personnages, présenter des interventions et créer des solutions de rechange.

« Vous pouvez faire du théâtre forum sans rire et sans partage d’idées, » déclare Mama Rash. « Plus vous partagez des idées, plus vous apprenez. »

Mama Rash travaille en partenariat avec différentes ONG en se servant du théâtre forum pour mener des campagnes de sensibilisation sur l’éducation des petites filles, le lavage des mains et la violence familiale. L’an dernier, elle a diffusé un message publicitaire demandant au public de se réunir dans un hôtel de la localité pour la production d’un théâtre forum sur les menstruations et les grossesses. Elle a fait appel à un médecin anglophone pour participer au sketch, et Mama Rash a traduit en dagbanli. Elle a enregistré les voix des participant(e)s et procédé au montage du contenu à la station pour l’utiliser dans son émission. L’événement de trois jours a été entièrement financé par Mama Rash. Elle affirme que ce fut un succès et qu’elle a touché plusieurs auditeurs et auditrices.

« Au début, les gens avaient honte de parler, » dit-elle. « Mais en participant au théâtre, vous pouvez vous considérer comme un acteur. Les gens appelleront même leurs amis pour leur dire d’écouter l’émission et entendre leurs voix. »

En rentrant en ville après avoir diffusé l’émission, Mama Rash sourit et salue presque tous les passants. Elle est connue même hors antenne. Un homme lui dit qu’il avait hâte d’écouter la prochaine émission de Ti Bang Mi Taba Fua Fua Shee.

Lorsqu’on lui demande si elle est consciente d’être aussi célèbre, elle hausse les épaules et sourit.

« Je suis simplement heureuse de voir les autres heureux. »