En lumière : Émissions radiophoniques sur la légionnaire d’automne en Ouganda

08 Janvier 2018
A translation for this article is available in English

C’est l’an dernier que les Ougandais et les Ougandaises ont vu la légionnaire d’automne pour la première fois, lorsque celle-ci les prit au dépourvu. Pascal Mweruka est chargé de développement des métiers radiophoniques de Radios Rurales Internationales en Ouganda. Il déclare : « C’en était trop l’an dernier, car elle a envahi les champs alors que personne ne s’y attendait et il s’agit d’un nouveau ravageur en Ouganda … plusieurs personnes ont perdu leurs cultures et la récolte a été très mauvaise. »

La légionnaire d’automne est originaire des Amériques. Par conséquent, lors de sa première apparition en Afrique, en 2016, les agriculteurs et les agricultrices ignoraient comment gérer ce ravageur, et même comment le reconnaître. Dans plusieurs régions, les gens pensaient qu’ils avaient simplement à faire à la légionnaire africaine, qu’ils connaissent depuis bien longtemps.

Comme la légionnaire d’automne est un nouveau ravageur, les gens savent très peu de choses sur la façon dont elle s’adaptera aux conditions africaines, et ce, même si on sait qu’elle se multiplie rapidement, et que les adultes pondent jusqu’à 1 000 œufs en une durée de vie de deux semaines. Elle peut également parcourir de longues distances lorsqu’elle devient une noctuelle. En effet, elle peut parcourir jusqu’à 1 000 kilomètres à travers les Amériques.

La légionnaire d’automne représente un grand danger pour les récoltes des agriculteurs et des agricultrices, car elle peut détruire plus de 80 % des cultures de maïs lorsque les populations sont nombreuses et qu’aucune mesure de contrôle n’est prise. Ce ravageur se nourrit de 80 espèces végétales, épargnant ainsi peu de cultures dans les champs agricoles. Des études indiquent que la légionnaire d’automne pourrait détruire jusqu’à 1,39 million de tonnes de maïs en Ouganda.

La légionnaire d’automne peut être difficile à gérer, car la larve adulte aime se frayer un chemin dans les épis de maïs ou la volute des plants, ce qui fait qu’il est indispensable d’inspecter les champs pour détecter leur présence et intervenir tôt.

Pour être certaine que les agriculteurs et les agricultrices ougandais sont mieux outillés pour lutter contre la légionnaire d’automne, RRI s’est associée à Radio Kitara et CABI, le centre pour l’agriculture et les sciences biologiques internationales en vue de diffuser une série d’émissions sur la légionnaire d’automne dans le pays pendant huit semaines.

Masindi et Kiryandongo sont les principales régions productrices de maïs en Ouganda, et, donc, la lutte contre la légionnaire d’automne y est très importante.

La première semaine de diffusion de l’émission radiophonique a été consacrée aux techniques de reconnaissance de la légionnaire d’automne. Ce ravageur pond des masses d’œufs de couleur crémeuse ou grise. La couleur des larves varie entre le vert clair et le brun foncé et elles ont trois bandes minces jaunâtres sur le dos et une marque distincte blanche en forme de « Y » inversé sur la tête.

Lors de la deuxième semaine de diffusion, il fut question de la menace que représentait la légionnaire d’automne pour la sécurité alimentaire des ménages et des prix proposés sur les marchés pour diverses denrées, et surtout le maïs, le riz et le sorgho.

L’émission a également expliqué la façon d’inspecter les champs pour détecter la présence de la légionnaire d’automne, la façon de préparer pour faire face à une infestation et les actions à mener s’il arrivait que les paysans et les paysannes découvrent le ravageur dans leurs champs.

Pour l’inspection, il est conseillé aux agriculteurs et aux agricultrices de vérifier les dégâts causés sur 10 plants consécutifs à travers 10 sites choisis de manière aléatoire sur leurs exploitations agricoles. Lorsque les plants sont à la première moitié de la phase végétative (période entre la germination et la floraison), les pratiques de lutte contre ce ravageur sont recommandées uniquement si au moins un plant sur cinq présente des signes d’endommagement.

Pour maîtriser la légionnaire d’automne, plusieurs méthodes sont préconisées, y compris le ramassage et la destruction des masses d’œufs et des larves à la main. Étant donné que la légionnaire d’automne pond tant d’œufs, le fait de tuer les larves et les œufs peut ralentir considérablement l’infestation.

En Ouganda, il est également conseillé aux agriculteurs et aux agricultrices d’utiliser un mélange de pesticides qui doivent être appliqués à doses spécifiques et à des moments particuliers. En ce qui concerne la légionnaire d’automne, les meilleurs moments pour pulvériser sont tôt le matin et tard en après-midi, car la larve est plus active la nuit. Les paysans et les paysannes doivent pulvériser toute la plante, et surtout les faces cachées des feuilles et les parties en forme de cornet des plants de maïs, où peuvent se trouver les plus grosses chenilles. Il est aussi important de cesser de pulvériser plusieurs semaines avant la récolte pour éviter que les grains ne contiennent des taux élevés de résidus de pesticides pouvant nuire à la santé humaine. Le calendrier varie en fonction du type de pesticide utilisé.

Les pesticides à base de neem peuvent également s’avérer efficaces contre la légionnaire d’automne.

Monsieur Mweruka affirme que les agriculteurs et les agricultrices connaissent déjà mieux ce ravageur que la saison dernière, et ils savent que le gouvernement appuie différentes actions.

Charles Wandera est agriculteur à Labongo, un village du district de Masindi. Il déclare : « La légionnaire [d’automne] était un problème et le demeure. Au début, nous manquions d’informations pour combattre la légionnaire, mais depuis que nous en avons l’occasion avec ce projet de radio Kitara, nous recevons des informations le lundi et le vendredi. Dans la semaine, nous obtenons des renseignements deux fois. »

Il est satisfait des informations qu’il reçoit, et déclare : « Nous acquérons des connaissances et des techniques pour la combattre. J’ai testé Stryker [un pesticide chimique] et ça a fonctionné pour moi. Grâce à la radio, j’ai su qu’il s’agissait d’un bon produit chimique à utiliser, par conséquent, je suis parvenu à maîtriser le ravageur. »

La légionnaire d’automne poursuit sa traversée des champs des agriculteurs et des agricultrices à travers l’Afrique, où 38 pays sont désormais aux prises avec cet envahisseur étranger, selon la Deutsche-Welle.

Pour de plus amples renseignements sur l’identification et la maîtrise de la légionnaire d’automne, lisez la fiche documentaire produite par Radios Rurales Internationales et CABI qui est disponible au : http://scripts.farmradio.fm/fr/radio-resource-packs/107-ensemble-des-ressources-pour-la-radio-agricole/fiche-documentaire-legionnaire-dautomne/