Des animateurs radio luttent contre la légionnaire d’automne au moyen d’interviews et d’informations

25 Septembre 2017
A translation for this article is available in English

En tant qu’animateur d’une célèbre émission radiophonique agricole, Gideon Sarkodie est un fin connaisseur des problèmes des agriculteurs et des agricultrices d’exploitations familiales. Mais depuis six ans qu’il anime l’émission Thank you farmers, il n’a jamais rien vu d’aussi grave que la dévastation dont ils sont victimes actuellement.
 
Il déclare : « Certaines personnes ont perdu toutes leurs exploitations. D’autres ne pouvaient pas semer durant la petite saison, car elles avaient perdu leurs revenus pendant la grande saison. »
 
Au Ghana, les agriculteurs et les agricultrices tentent de se remettre de l’arrivée d’un nouveau ravageur. Depuis 2016, la légionnaire d’automne a envahi un grand nombre de pays d’Afrique subsaharienne. Les chenilles sont voraces et se reproduisent rapidement. Les légionnaires d’automne qui se nourrissent de plus de 80 espèces végétales, et apprécient surtout des cultures vivrières comme le maïs et le riz, constituent une redoutable menace pour la sécurité alimentaire en Afrique.
 
Le Centre for Agriculture and Bioscience International, ou CABI, surveille étroitement la propagation de la légionnaire d’automne et coordonne la lutte contre ce ravageur. Walter Hevi est gestionnaire de projet au CABI. Il affirme que ce ravageur crée des difficultés particulières aux paysans.
 
Il déclare : « Lorsque les gens ont vu ce ver pour la première fois, ils pensaient qu’il s’agissait de la légionnaire uniponctuée normale, mais il se comporte différemment. »
 
Monsieur Hevi fait référence à la légionnaire africaine qui se nourrit de feuilles, tandis que la légionnaire d’automne s’enfonce dans l’épi ou la tige, détruisant ainsi toute la plante.
 
Monsieur Hevi explique : « Lorsqu’elles pénètrent, elles ciblent l’ensemble de la plante. Une fois qu’elles la détruisent, vous ne pouvez rien récolter, contrairement à la légionnaire africaine qui se nourrit uniquement des bordures des feuilles, laissant ainsi la partie supérieure poursuivre son développement. »
 
S’il était possible pour les paysans et les paysannes de repérer tôt les chenilles, et s’ils connaissaient les meilleures techniques pour les éliminer, ils pourraient gérer la légionnaire d’automne. Cependant, comment faire parvenir ces informations aux agriculteurs et aux agricultrices ruraux? Il faut intégrer la radio.
v
Lors d’un atelier sur la légionnaire d’automne, organisé à Accra en début 2017, Ben Fiafor, directeur de Radios Rurales Internationales, au Ghana, s’est rendu immédiatement compte de ce que son organisation pouvait faire pour apporter son aide.
 
Il déclare : « Quand nous avons appris que la légionnaire d’automne détruisait les exploitations agricoles, que les agriculteurs ne disposaient d’aucune information, qu’ils ignoraient quoi faire, comment la combattre ou à qui s’adresser, nous avons su ce que nous devions faire. »
 
Monsieur Fiafor ajoute : « Nous contactons ceux qui ont les informations et faisons en sorte que ces renseignements parviennent aux agriculteurs au bon moment et sous le bon format. »
 
Radios Rurales Internationales a immédiatement créé une série de messages radiophoniques de deux minutes sur les méthodes pour repérer, prévenir et combattre la légionnaire d’automne. Les réalisateurs et les réalisatrices ont traduit les messages en neuf langues et les ont transmis à plus de 80 stations de radio.
 
Par exemple : les messages radiophoniques expliquaient comment repérer la légionnaire d’automne à partir de taches pâles en forme d’Y sur sa tête. Les messages comportaient également des conseils sur le sarclage et l’application des pesticides sur les zones cibles où aiment se cacher les jeunes chenilles.
 
Les radiodiffuseurs ont également reçu une liste d’expert(e)s qu’ils pourraient interviewer en vue d’offrir aux auditeurs et aux auditrices plus de renseignements sur la chenille.
 
Les auditeurs et les auditrices étaient vivement intéressés et les stations de radio voulaient proposer plus d’émissions. Par conséquent, Radios Rurales Internationales a développé trois textes radiophoniques supplémentaires d’une demi-heure chacun sur la légionnaire d’automne.
 
Monsieur Sarkodie travaille à ADARS FM, à Kintampo, dans la région de Brong Ahafo. Cette station diffuse les messages radiophoniques au moins quatre fois par jour.
 
Il déclare : « Pour ceux qui écoutent la radio, ils entendent les informations et savent comment ils doivent s’y prendre lorsqu’ils détectent des vers dans leurs exploitations. Donc, par exemple : ils savent qu’ils n’ont pas besoin de contacter les agents de vulgarisation agricole. »
 
Les émissions telles que celle qu’anime monsieur Sarkodie continueront à communiquer des renseignements essentiels aux agriculteurs et aux agricultrices durant les prochaines années.
 
Pour monsieur Hevi, la bataille contre la légionnaire d’automne vient à peine de commencer. Il déclare : « La légionnaire d’automne est là pour de bon. Alors, que devons-nous faire? Il ne suffit pas de dire que nous voulons éradiquer la légionnaire d’automne, mais nous devons nous [poser la question] de savoir comment la combattre. »
 
Grâce aux efforts permanents de Radios Rurales Internationales et ses partenaires comme monsieur Sarkodie, les agriculteurs et les agricultrices auront des informations fiables et actualisées pour protéger leurs exploitations, leurs moyens de subsistance et la sécurité alimentaire du Ghana.
 
Photo: (Gauche) L’effet de la légionnaire d’automne, (droit) Gideon Sarkodie à ADARS FM