Astuces pour aborder les questions d’égalité de genre dans votre émission agricole : Partie 2

09 December 2019
A translation for this article is available in English

L’an dernier, Radios Rurales Internationales a lancé le Prix Liz Hughes pour Radios Rurales au féminin. Nous avons reçu 40 candidatures qui proposaient des astuces formidables pour aborder l’égalité de genre dans votre émission radiophonique. Dans notre dernier numéro, nous avons présenté certaines de ces astuces. Voici la deuxième et dernière série d’astuces.

Mettre les femmes à l’aise quand elles participent à vos interviews

Plusieurs radiodiffuseurs ont affirmé trouver difficile d’interviewer les femmes, car elles sont souvent timides ou mal à l’aise de répondre aux questions ou se faire enregistrer par un journaliste.

En Zambie, les radiodiffuseurs de Breeze FM se rendent souvent dans les villages pour recueillir les voix des femmes. Les femmes sont plus à l’aise de s’exprimer quand elles sont dans leur environnement.

Top Media est une station de radio de Morogoro, en Tanzanie. Son équipe de radiodiffusion entretient des relations particulières avec des agricultrices. En effet, ils discutent souvent avec elles, nouent des liens et les mettent à l’aise pour partager leurs voix dans une interview. Les radiodiffuseurs sensibilisent également les femmes et les hommes sur la façon dont l’interview devra être réalisée pour que ces derniers se sentent plus à l’aise pendant l’enregistrement.

En Ouganda, les radiodiffuseurs de Radio Simba affirment qu’ils interviewent souvent les femmes en groupe, afin qu’elles soient plus à l’aise de s’exprimer. Si vous voulez le faire, assurez-vous simplement de demander leurs noms pour bien les identifier à l’antenne!

Et l’équipe de Radio Arzèkè Fm, au Bénin, suggère de faire écouter un épisode de votre émission aux personnes interviewées. Elle soutient que femmes étaient plus intéressées à se faire interviewer après avoir écouté un épisode de l’interview.

Utiliser une ligne téléphonique distincte pour les femmes qui appellent

Plusieurs stations de radios utilisent une deuxième ligne rien que pour les femmes. Lorsqu’un appel entre, vous n’êtes pas toujours certains de savoir qui appelle tant que vous n’avez pas décroché. Les tribunes téléphoniques sont souvent dominées par des voix masculines. En diffusant un numéro téléphonique consacrée uniquement aux correspondantes, vous pouvez être sûrs d’obtenir des voix féminines sur cette ligne. Et si un homme appelle au numéro des femmes, vous pouvez l’inviter poliment à appeler sur l’autre ligne et raccrocher. L’offre de prix sous forme de temps d’antenne ou de T-shirts peut aussi motiver les femmes (et les hommes) à appeler. Les radiodiffuseurs de Voice of Kigezi, en Ouganda, offre deux prix pour les hommes qui appellent et deux pour les femmes.

Bien que beaucoup de femmes ne possèdent pas de téléphones cellulaires à elles, les radiodiffuseurs de Radio Simba, en Ouganda, encouragent leurs auditeurs à passer leurs téléphones à leurs épouses pour appeler la station.

Garder une trace des voix partagées

En Ouganda, les radiodiffuseurs de Radio Simba comptabilisent soigneusement le nombre de femmes qui interagissent avec leur émission. Ils utilisent le système Uliza de Radios Rurales Internationales qui les aident à garder une trace des personnes qui participent aux sondages et qui laissent des messages. En analysant les avis des auditeurs en fonction du sexe, vous pouvez mieux évaluer les services que vous rendez aux femmes, le nombre de voix féminines que vous diffusez par mois, le nombre de minutes durant lesquelles elles se sont exprimées, et savoir si des femmes expertes ont été invitées à l’antenne et s’il y avait des agricultrices. Une fois ces renseignements recueillis, vous saurez si vos efforts visant à améliorer l’égalité de genre dans votre émission radiophonique sont efficaces.

Prêter attention aux stéréotypes associés aux hommes et aux femmes

Radio Bubua diffuse à Walunga, dans le Sud-Kivu, en République démocratique du Congo. Son émission Tuitetee haki ya Mwanamke (Défendre les droits des femmes) est consacrée à la violence basée sur le genre dans la région. Ils font attention aux proverbes, au jargon et aux croyances diffusés dans leur émission, car ces derniers peuvent souvent traduire des sentiments discriminatoires envers les femmes. Il est parfois difficile d’analyser des expressions culturelles et de confronter des croyances culturelles discriminatoires, mais le faire peut fournir plus de moyens d’action aux femmes.

Les radiodiffuseurs de Radio Simba, en Ouganda, ont noté que les discussions sur les stéréotypes de genre étaient un défi qu’ils devaient relever lorsqu’ils travaillent sur leur émission Lutabanjaliire. Ils affirment tenter d’utiliser des termes qui ne renforcent pas les stéréotypes de genre, et, par conséquent, consultent leur communauté et des leaders d’opinion pour comprendre le langage et les stratégies inclusives pour expliquer en termes simples les préjudices.

Consulter un spécialiste en genre

Radio Télé Kintuadi émet de Matadi, en République démocratique du Congo. Pendant la préparation de leur émission Œil sur les femmes rurales, l’équipe consulte souvent un spécialiste en genre. Leur but est d’améliorer les connaissances des femmes rurales et des décideurs sur les questions du genre parce que l’égalité de genres est un défi pour les gens de tous les domaines. Le spécialiste en genre peut orienter les journalistes quand ils discutent de sujets sensibles. Les spécialistes en genre peuvent être interviewés à l’antenne pour partager leurs connaissances avec les auditeurs. Sinon, l’équipe de production peut consulter un expert en genre pour savoir comment elle doit aborder un sujet, y compris les questions à poser, la terminologie à employer et la compréhension de toutes les autres préoccupations liées à des sujets souvent controversés ou sensibles.

Rendre l’émission divertissante!

Un défi courant qui se pose au niveau des émissions agricoles est que parfois elles ne sont pas aussi divertissantes que les émissions de musique. Mais en incorporant de la musique, votre émission peut être également divertissante. Au Malawi, lorsque les radiodiffuseurs de Zodiac FM, à Lilongwe, préparent leur émission Mu Ulimi Muli Phindu, ils enregistrent des agriculteurs, notamment des femmes, qui chantent. Ces chansons véhiculent des informations et sont souvent chantées par les agriculteurs et les agricultrices dans leurs champs. Les interludes musicaux rendent votre émission plus intéressante, encourageant ainsi plus d’auditeurs et d’auditrices à écouter.

Les feuilletons et même les poèmes sont également de formidables outils pour divertir vos auditeurs tout en leur communiquant l’information. Si le feuilleton est diffusé en plusieurs épisodes, cela encourage les auditeurs à écouter les fois suivantes. Après avoir diffusé un feuilleton radiophonique ou un poème, vous pourriez animer une tribune téléphonique ou une discussion avec envoi de messages textes sur les mêmes thèmes.