Ouganda : La radio aide des agriculteurs à trouver de meilleurs marchés pour les patates douces à chair orange

02 Avril 2018
A translation for this article is available in English

C’est une belle journée pour Linet Nalugo Musana. Elle se redresse pour marquer une petite pause de ses travaux de récolte, tenant une houe et une patate dans ses mains. De loin, en voyant les houes bouger vers le haut et le bas, on aurait pensé qu’ils préparaient le sol pour les semailles. Mais madame Musana et un groupe d’autres agricultrices sont occupés à déterrer des patates douces à chair orange.

Cette agricultrice de 48 ans vit dans le village de Mpoma, dans le district de Mukono, au centre de l’Ouganda. Cela fait cinq ans que madame Musana cultive des patates douces à chair orange. Elle affirme que les patates ont la couleur de la papaye, résistent à la sécheresse et sont riches en vitamine A.

Elle explique : « J’avais l’habitude de cultiver la variété ordinaire de patates qui n’était pas rentable, jusqu’au jour où des experts sont venus nous présenter les patates douces à chair orange en 2013. »

Madame Musana a d’abord reçu des boutures de patate douce à chair orange de la part de l’organisation non gouvernementale locale Volunteer Efforts for Development Concerns, ou VEDCO. Cependant, elle a acquis ses connaissances et ses compétences sur les méthodes de production de cette nouvelle variété de patate en écoutant des émissions radiophoniques agricoles sur Radio Simba et CBS FM. Les deux stations diffusent des émissions consacrées spécialement aux cultivateurs et aux cultivatrices de patate douce à chair orange.

Madame Musana affirme que depuis qu’elle a commencé à cultiver des patates douces à chair orange, elle s’informe sur les méthodes de plantation, la lutte contre les ravageurs et l’utilisation des herbicides.

Selon elle, la culture de patates douces à chair orange est actuellement plus rentable. Elle cultive jusqu’à six acres chaque année, et gagne jusqu’à trois millions de shillings ougandais (820 $ US) par an.

Elle trouve également de nouveaux client(e)s en écoutant la radio.

Au début, la demande était faible. Madame Musana vendait les patates douces à chair orange juste par l’intermédiaire de ses amies. Mais après avoir entendu parler d’autres possibilités de commercialisation à la radio, elle a eu beaucoup de client(e)s.

Pour commencer, elle vendait les patates aux intermédiaires. Mais grâce à ce qu’elle a appris à la radio, elle vend directement aux acheteurs maintenant.

Madame Musana déclare : « Au début, les intermédiaires venaient acheter les patates, mais ils me dupaient, car pour une camionnette pleine de patates douces, ils proposaient un petit montant. Par conséquent, je m’en suis débarrassée et j’ai commencé à chercher des client(e)s par le biais de la radio. »

Elle fournit 45 kilogrammes de patates douces à chair orange à l’Institut de lutte contre le cancer de l’Ouganda chaque semaine. Madame Musana soutient que l’institut donne les patates aux malades du cancer pour renforcer leur système immunitaire.

L’institut et différentes écoles sont désormais ses principaux clients, et c’est en écoutant la radio qu’elle les a trouvés.

Munyumba Habibu cultive des patates douces à chair orange dans le village de Luwunga, toujours dans le district de Mukono. Il loue la terre pour y cultiver les patates et gagne jusqu’à quatre millions de shillings ougandais (environ 1 100 $ US) chaque année.

Monsieur Habibu affirme que les émissions radiophoniques et la formation qu’il a reçue à VEDCO lui ont permis de trouver de meilleurs marchés. Maintenant, il a construit une maison en dur, acheté une vache et paie les frais de scolarité des enfants de son défunt frère.

Annet Draru est intervenante dans les émissions agricoles de Radio Simba. Selon elle, la radio joue un rôle central dans la formation des agriculteurs et des agricultrices et dans les relations qu’elle leur permet de nouer au niveau des marchés, et elle ajoute que cela a transformé la vie de plusieurs paysans et paysannes qui cultivent les patates douces à chair orange.

Elle ajoute : « Musana et Munyumya font partie des nombreuses personnes au sein des communautés rurales qui tirent profit de la culture de patates douces à chair orange grâce à l’écoute de la radio et l’exploitation de la radio pour commercialiser leurs produits agricoles. »

Madame Draru soutient que les patates douces à chair orange sont essentielles à l’amélioration de la nutrition et des revenus des communautés rurales ougandaises.

Le fait de trouver des client(e)s par le biais des émissions radiophoniques permet à madame Musana de payer les études de ses enfants, ce qui a transformé sa vie familiale. Elle déclare : « Deux de mes enfants sont titulaires de licences en administration des affaires de l’Uganda Christian University. Un d’entre eux est sur le point d’obtenir un diplôme d’ingénieur dans la même université et le dernier est inscrit à l’Université Makerere pour l’obtention d’une licence en météorologie. »

HarvestPlus (www.HarvestPlus.org), une alliance mondiale d’institutions de recherche en agriculture et en nutrition qui œuvrent pour améliorer la densité en micronutriments des cultures vivrières de base au moyen du bioenrichissement génétique a financé la production de la présente nouvelle. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de HarvestPlus.