- Barza Wire - https://wire.farmradio.fm -

Ngoundiane FM : Le 1 000e partenaire de radiodiffusion de Radios Rurales Internationales

Située à presque 100 kilomètres de Dakar, Ngoundiane FM est une radio communautaire sénégalaise qui croit qu’il est possible de trouver des solutions pour les agriculteurs. Ngoundiane FM a rejoint notre réseau de partenaires de radiodiffusion en mars 2020, devenant ainsi le 1000e membre.

Avec un rayon de diffusion de 70 kilomètres, les auditeurs de Ngoundiane FM sont partout dans la région agricole de Thiès. Aliou Tine est le directeur de la radio depuis 2016 et il affirme qu’il y a actuellement deux émissions qui ciblent particulièrement le monde agricole.

La première s’intituleEutou baykatt yiou « L’espace des agriculteurs », et elle est animée par Astou Mbéne Faye et diffusée en langues locales wolof et sérère. Cette émission relate les expériences des agriculteurs et met en lumière les défis des agriculteurs.

Surtout, « c’est une émission interactive qui permet aux agriculteurs de poser leurs questions, » déclare monsieur Tine. « Et évidemment, quand ils posent des questions, c’est pour avoir une réponse. »

C’est pourquoi chaque épisode de « L’espace des agriculteurs » met en scène des agriculteurs de la région qui parlent de leur travail. Quand d’autres appellent, ils posent des questions aux invités qui essaient de leur répondre à l’antenne.

Souvent, cette émission met en lumière des questions d’intérêt local. Par exemple : un épisode récent a parlé de la dégradation du sol.

« Nous sommes dans une zone minière, » déclare monsieur Tine, et beaucoup d’agriculteurs subissent les conséquences de l’exploitation minière sur la qualité du sol.

Dans l’épisode, les invités ont expliqué comment l’exploitation entraîne la dégradation du sol, par exemple à cause des résidus de l’exploitation minière que le vent transporte dans les champs avoisinants. Toujours à la recherche de solutions, la radiodiffuseuse madame Faye profite de cette occasion pour demander aux invités et aux auditeurs de faire des suggestions. Comme solution possible, les agriculteurs ont suggéré le reboisement autour de la mine afin de capter la poussière avant qu’elle n’envahisse les champs.

Un autre épisode a fait une sensibilisation sur une initiative nationale dénommée Sama Mbay ou « Ma récolte, » qui fait la promotion du compost comme engrais organique. L’épisode a présenté un producteur qui utilise du compost et un représentant du ministère de l’Agriculture. Ensemble, ces invités ont parlé de l’épandage de l’engrais organique comme un moyen d’augmenter les rendements agricoles.

Depuis cet épisode, déclare monsieur Tine, « il y a eu un réel changement dans le comportement des agriculteurs en ce qui concerne l’application de l’engrais. » Beaucoup ont construit de petits cordons pierreux autour de leurs champs pour minimiser le ruissellement et réduire la quantité d’engrais nécessaire.

La deuxième émission s’intitule Thiamm ak Mbayou« Élevage et agriculture », et elle est animée par Mamadou Faye et diffusée en wolof. Cette émission met l’accent sur les interactions entre les agriculteurs et les éleveurs.

« Dans notre zone, » déclare monsieur Tine, « ces deux activités cohabitent. Malheureusement, il y a toujours des conflits. »

Souvent, ces conflits surgissent parce que les agriculteurs et les éleveurs traversent les zones des uns et des autres. Les éleveurs affirment qu’il n’y a pas assez d’espace pour leur bétail à cause des champs. Pour les agriculteurs, qui sont confrontés aux faibles rendements, ils soutiennent avoir besoin de toutes leurs terres pour obtenir une bonne récolte.

Pour cette raison, « Élevage et agriculture » sensibilise sur l’importance d’une collaboration entre les deux groupes.

« On essaie d’expliquer que chacun, qu’il soit éleveur ou agriculteur, a besoin de l’autre pour l’essor de son activité, » déclare monsieur Tine.

Les produits des agriculteurs, par exemple, les résidus de culture, servent d’aliments pour le bétail tandis que les déchets du bétail fertilisent le sol. Monsieur Tine affirme que depuis que l’émission a commencé, les conflits entre les deux professions ont diminué.

Il déclare : « À travers cette émission, on a pu faire comprendre aux gens … qu’ils peuvent cohabiter, que chacun peut faire son activité. »

C’est rarement facile de trouver les solutions aux problèmes du monde agricole. C’est pourquoi Ngoundiane FM essaie d’avoir toujours une personne-ressource comme invitée pour expliquer les aspects techniques de chaque sujet.

Depuis que la station est devenue partenaire de Radios Rurales Internationales, le personnel de Ngoundiane FM a participé dans un atelier d’orientation sur l’utilisation des ressources pour améliorer leurs émissions.

Depuis lors, déclare monsieur Tine, ils se sentent plus capables de communiquer et de collaborer avec les auditeurs et les auditrices ruraux.

Pour avoir de plus amples renseignements sur les ressources des radiodiffuseurs de Radios Rurales Internationales ou devenir un partenaire de radiodiffusion, cliquez sur www.farmradio.fm [1].