En lumière : Leçons et réflexions afférentes à la discussion de Barza discussion organisée par RRI sur les émissions radiophoniques interactives

| avril 24, 2017

Téléchargez cette nouvelle

Du 27 février au 24 mars, la plateforme de discussion de Barza a rassemblé plus de 150 radiodiffuseurs et radiodiffuseuses, ainsi que d’autres participant(e)s de 23 pays qui ont parlé d’émissions radiophoniques interactives. Au cours de cette discussion, il a été question d’outils et de techniques employés pour la réalisation d’émissions radiophoniques interactives, et de la façon dont on peut s’en servir pour interagir avec tous les auditeurs, et surtout les auditrices.

Qu’est-ce qu’une émission radiophonique interactive?

Beaucoup de participant(e)s ont défini l’émission radiophonique interactive comme une chose qui se produit lorsque l’auditoire contribue à une discussion. Ils ont souligné qu’il s’agissait d’un élément clé qui rend une émission radiophonique intéressante. Ils ont fait cas de nombreux outils, dont les téléphones, les réseaux sociaux, les micros-trottoirs et les interviews.

Pendant la deuxième semaine, la discussion en ligne a permis aux participant(e)s de poser des questions sur la réalisation d’émissions radiophoniques mémorables. Plusieurs questions portaient sur les rudiments de la réalisation d’une émission radiophonique interactive. À la quatrième semaine, les participant(e)s ont reçu des réponses.

Comment animer une émission radiophonique interactive?

Sarah Mawerere, de UBC Radio en Ouganda, voulait savoir quel rôle l’animateur ou l’animatrice devait jouer pendant une émission interactive. Laura Angela Bagnetto, du service Afrique en anglais de Radio France International, a expliqué que l’animateur ou l’animatrice pouvait donner son opinion personnelle ou partager l’avis d’un auditeur ou d’une auditrice, en guise de point de départ pour la discussion. Elle a ajouté : « Ce que vous devez chercher à faire comprendre à l’auditeur ou l’auditrice, c’est qu’il s’agit d’un dialogue, tout comme cela se passe dans une conversation. » Ensuite, l’animateur peut demander à l’auditoire d’appeler pour apporter ses propres réflexions à la discussion.

Sylvie Harrison est la chef de l’équipe chargée du développement des métiers radiophoniques de Radios Rurales Internationales (RRI). Elle a ajouté que l’animateur ou l’animatrice « joue un rôle important dans la synthèse des informations partagées pendant les interviews, les tables rondes, etc. Réfléchissez à l’objectif général de votre épisode. »

Comment faire participer les participant(e)s réticents?

Les participants ont demandé comment ils pouvaient obtenir la participation des personnes qui ne peuvent pas ou ne veulent pas appeler à la station.

Plusieurs expert(e)s leur ont conseillé d’encourager les auditeurs et les auditrices à écrire des lettres à la station. D’autres ont proposé aux radiodiffuseurs et aux radiodiffuseuses de se rendre sur le terrain. David Mowbray, consultant principal de RRI, a suggéré que, si le fait de s’exprimer en direct à l’antenne est intimidant pour les correspondant(e)s téléphoniques, les radiodiffuseurs et les radiodiffuseuses peuvent les autoriser à enregistrer leurs commentaires ou leurs questions sur un répondeur téléphonique. Les appels aux groupes d’écoute peuvent également apporter plus de voix à votre émission.

Toutefois, comment pouvez-vous convaincre des intervenant(e)s timides de se laisser interviewer, sur le terrain ou au téléphone?

Pascal Mweruka est l’agent chargé de la radio et des formations de RRI en Ouganda. Il affirme que la plupart des invités sont timides la première fois qu’ils doivent s’exprimer au micro à l’antenne. Il a proposé ceci aux radiodiffuseurs et aux radiodiffuseuses « créez d’abord un lien entre vous et votre invité(e). Faites sortir l’enregistreur de son boîtier et déposez-le sur la table. Dites à votre invité(e) que vous désirez utiliser ce gadget pour enregistrer votre interview avant de procéder à l’enregistrement. Cela permettra à celui-ci ou celle-ci de se sentir à l’aise. »

Il leur a également recommandé de s’entretenir avec les invité(e)s en studio avant de passer à l’antenne, afin qu’ils sachent comment se déroulera l’interview et quels sujets seront abordés. En outre, faites-leur découvrir le studio de production pour qu’ils aient une idée de l’équipement qui sera utilisé.

Par où ou quoi commencer une émission radiophonique interactive?

Les participant(e)s de la discussion en ligne ont également échangé des conseils et des astuces. Ebenezer Amankwah a raconté simplement comment ses émissions changeraient à la suite de la discussion de Barza. Mr. Amankwah est réalisateur et animateur à OTEC FM, au Ghana. Bien qu’il utilise activement beaucoup de plateformes de réseaux sociaux pendant ses émissions, y compris Facebook, Twitter et WhatsApp, il a quelques idées sur la façon d’améliorer l’interactivité de son émission. Il a écrit : « Un outil interactif que j’utiliserai activement c’est l’enregistrement des réactions des gens sur un sujet que j’aborderai et diffuserai à l’antenne. » Cela s’appelle un micro-trottoir. Mr. Amankwah a déclaré avoir négligé cet outil interactif étant donné qu’il est assez occupé, mais sait qu’il lui faudra mettre l’accent sur l’interactivité s’il veut que son émission radiophonique reste mémorable.

Il déclare : « Après les discussions que nous avons eues ces dernières semaines, je suis totalement d’avis qu’il ne peut jamais y avoir d’émission sans auditoire, mais il ne sera jamais possible [non plus] d’avoir de bonnes émissions sans la participation des auditeurs et des auditrices. »

Vous pouvez consulter toutes les questions et les réponses partagées durant la quatrième semaine de la discussion ici : http://discussion-fr.farmradio.fm/t/semaine-4-examen-des-differents-outils-et-approches-de-la-discussion-interactive/579/12

Sinon, parcourez à nouveau le fil des discussions et de l’apprentissage qui ont eu lieu tout au long de la discussion de Barza sur les émissions radiophoniques interactives : http://discussion-fr.farmradio.fm/c/discussions/radio-interactive