Émissions agricoles : des radiodiffuseurs(euses) outillés pour de meilleures productions

| juillet 19, 2021

Téléchargez cette nouvelle

Radios Rurales Internationales vient de clôturer son cours en ligne le plus important, avec un taux d’inscription record et offert pour la première fois en français. Cette opportunité d’apprentissage en ligne s’est déroulée du 1er mars au 7 mai 2021. Plus de 300 hommes et femmes y ont participé, âgés de 20 à 60 ans. Ces radiodiffuseurs(euses) travaillent pour des stations de radio dans 22 pays d’Afrique subsaharienne. 

Les participant(e)s ont suivi huit modules traitant chacun de leçons spécifiques sur une période de 10 semaines. Le cours s’est déroulé sur une plateforme interactive qui a offert aux apprenant(e)s, aux animateurs(trices) et aux mentors des moments d’échanges virtuels intenses et enrichissants, avec l’aide de groupes WhatsApp mis en place pour soutenir les apprenant(e)s.

Ayele Essenam Atayi, 34 ans, est productrice polyvalente en service depuis six ans à Radio Metropolys émettant à Lomé au Togo. Elle dit : « J’avoue être au premier jour déjà à l’aise, mais plutôt étonnée du processus et du rythme de dispensation de la formation, ce qui est peut-être normal puisque c’était ma première fois. L’interaction entre facilitateurs(trices) et apprenant(e)s et aussi entre apprenant(e)s étaient bien plaisante et tout ça me mettaient bien confiante pour poursuivre l’aventure. »

Le cours dans sa structuration a permis aux apprenant(e)s de se familiariser les uns aux autres dans la semaine inaugurale avant de plonger dans les enseignements. Le module consacré à la recherche sur l’auditoire a été l’élément déclencheur de la curiosité de nombreux apprenant(e)s, appelés à connaître leur auditoire et leurs besoins afin d’adapter les émissions à ces besoins.

Rosemond Oteng, 25 ans, est Rédactrice Adjointe depuis trois ans à Today’s Radio dans la région d’Ashanti au Ghana. Elle dit : « Une chose que je n’oublierai jamais à propos de ce cours en ligne, c’est la recherche sur l’auditoire. La connaissance de l’auditoire et des problèmes profondément enracinés m’aident vraiment beaucoup. J’appelle maintenant des agriculteurs(trices) au téléphone pour discuter des problèmes auxquels ils sont confrontés afin de savoir comment nous pouvons mieux les aborder à l’antenne. Je sais maintenant quand et comment poser une question au profit de mes auditeurs(trices) ou agriculteurs(trices). Et je dois avouer que même si j’ai été à l’école de journalisme, je ne savais pas vraiment concevoir un conducteur, mais maintenant différentes stations m’appellent pour les aider à concevoir un conducteur. » 

Seydou Camara, 34 ans, est animateur depuis huit ans à la Radio Wassoulou dans la région du Sikasso au Mali, a particulièrement été émerveillé par la qualité des modules. Il dit : « Les modules ont été conçus de manière à faciliter la compréhension. J’ai compris que la première chose qui me manquait c’était la technique de recherche sur l’auditoire. J’ai aussi appris à prendre en compte l’aspect genre. »

Au-delà de l’introspection et la discussion sur la connaissance de l’auditoire, les apprenants ont effectué des devoirs pratiques, phase dans laquelle ils ont été jumelés à des mentors expérimentés en radiodiffusion. Avec le concours de ces 52 expert(e)s africain(e)s, américain(e)s, canadien(ne)s et européen(e)s, ces radiodiffuseurs(euses) ont affiné leurs capacités dans l’identification des problèmes profondément enracinés, la conduite des entretiens narratifs et d’information sous l’œil vigilant des facilitateurs(trices) qui ont assuré le guidage du début à la fin processus. Les modules d’apprentissage étaient conçus de façon à pourvoir les éléments constitutifs du devoir final : une émission agricole qui répond aux besoins de l’auditoire.

Le devoir final montrait toutes les compétences acquises par les apprenant(e)s pendant le cours. Ces épisodes ont été enregistrés dans les langues locales en utilisant de la musique locale et ont démontré une grande variété de sujets, de sons, donnant une véritable peinture des programmes de radio rurale à travers l’Afrique. Au total, 125 apprenant(e)s ayant fait tous les exercices ont reçu un certificat pour leurs efforts.

Abdoulaye Mballo, 62 ans, est Directeur de Mamacounda FM dans la région de Kolda au Sénégal. Il dit qu’il s’est ménagé pendant les premiers modules. 

Il explique : « Mais j’ai réalisé à partir du troisième module que je n’agissais pas en professionnel malgré ma longue expérience [en tant que diffuseur]. J’ai revu le fond et la forme d’une bonne émission agricole. Sa réalisation demande tout le sérieux et en appelle à la prise en compte d’un ensemble de paramètres pour produire une émission agricole … complète. Je salue la patience, la disponibilité, la courtoisie et le sens très élevé de compréhension et d’ouverture des mentors et des facilitateurs qui nous ont encadrés sans relâche. »

Ce cours en ligne a été organisé avec l’appui financier du Gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires Mondiales Canada dans le cadre du projet « Voix de Femmes à grande échelle. » Un financement additionnel a été mis à disposition par la GIZ dans le cadre du projet RELANCE sous l’impulsion du Gouvernement de la République Fédérale d’Allemagne.

Photo : Khady Thiam en studio à Radio Djimara à Médina Yoro Foula, Sénégal en 2020. Crédit : Tara Sprickerhoff.