Exclues et délaissées : la mise à l’écart des femmes nous empêchera de résoudre la crise alimentaire

| novembre 9, 2020

Téléchargez cette nouvelle

CARE International a publié au début de cette année un rapport dans lequel se trouvent des observations d’une analyse sur la façon dont près de 75 rapports, stratégies et déclarations internationaux, régionaux et nationaux sur la crise de la faim provoquée par le COVID-19 examinent la réalité des femmes et des filles face aux inégalités entre les sexes. Bref, peu parlent des réalités des femmes et des filles.

Le rapport affirme que : « Malgré les nombreux obstacles qu’elles rencontrent, les femmes et les filles contribuent aux systèmes alimentaires et prennent les devants pour relever les défis liés au COVID-19. Régler les inégalités entre les sexes permettra de démanteler les barrières que les femmes rencontrent, et d’augmenter la productivité, de promouvoir la bonne alimentation et d’obtenir de meilleurs résultats pour les femmes, les filles et leurs communautés. »

Pour faire face à la pandémie de la faim et ses effets disproportionnés sur les femmes et les filles, le rapport fait certaines recommandations, dont :

  • Les gouvernements devraient immédiatement augmenter les filets de protection sociale sexospécifiques et minimiser les perturbations causées au niveau de l’agriculture et des marchés, en mettant un accent particulier et en définissant des cibles mesurables en ce qui a trait aux productrices de denrées et aux ménages dirigés par des femmes.
  • L’ensemble des bailleurs de fonds, des agences des Nations Unies et des gouvernements devraient s’engager publiquement à faire en sorte que tous les financements favorisent l’égalité de genre et l’autonomisation des femmes et des filles, et qu’au moins la moitié des financements destinés à la sécurité alimentaire et nutritionnelle appuie les femmes et les filles directement.
  • Tous les bailleurs de fonds, les agences des Nations Unies et les gouvernements devraient soutenir les transformations si nécessaires au niveau des systèmes alimentaires, et surtout reconnaître les femmes et les filles comme des leaders dans les systèmes alimentaires et s’assurer qu’elles ont des droits égaux et un accès équitable aux ressources importantes en tant que productrices et consommatrices.

Consultez le rapport intégral ici : https://insights.careinternational.org.uk/publications/left-out-and-left-behind-ignoring-women-will-prevent-us-from-solving-the-hunger-crisis.