Tanzanie : Les jeunes reporters de la radio en devenir (par Adam Bemma, pour Agro Radio Hebdo)

| avril 14, 2014

Téléchargez cette nouvelle

Daudi Frank entre dans les studios de Radio 5 Arusha portant un chandail ample à col roulé. Son pantalon est sali par la terre et ses sandales en plastique sont maculées de boue. Le jeune de seize ans se glisse dans petit son petit espace à côté d’autres jeunes du groupe de sensibilisation des jeunes Mkombozi (Sauveur).

Linus Kilembu est l’animateur de l’émission de radio Mlango wa watoto (la porte des enfants). Il accueille les enfants à son émission chaque semaine. M. Daudi Kilembu demande à Daudi d’expliquer la manière dont il fait face à la vie dans les rues d’Arusha.

Daudi lui répond : « Il fait froid la nuit lorsque je dors sur les marches du stade de football. Mais quand je me réveille le matin, j’écoute la radio et ça me rend heureux ».

Daudi a vécu dans la rue pendant les cinq dernières années. Son père est décédé quand il avait neuf ans et sa grand-mère ne pouvait pas subvenir à ses besoins. Il n’avait pas d’argent pour payer ses droits de scolarité de sorte qu’il a été contraint de quitter l’école. À présent, il se rend tous les matins à Soku kuu, le marché central de la ville, où il gagne une poignée de shillings en ​​vendant des sacs en plastique et des barres de savon.

« Je veux apprendre donc lorsque les employés de Mkombozi m’ont approché dans la rue, je me suis joint à l’école mobile. Ensuite, ils m’ont demandé de parler à la radio. Je pense que j’ai un talent pour la diffusion », de dire Daudi.

Leah Kimaro est la coordonnatrice du programme au sein de Mkombozi, un groupe qui tente d’aider les jeunes vivant dans la rue. Elle a reconnu que Daudi avait confiance en sa propre façon de s’exprimer. Alors Mme Kimaro lui a demandé de se joindre à Mtandao wa wanahabari watoto Tanzania (réseau des jeunes reporters de la Tanzanie). Le réseau a été fondé par le Fonds pour les enfants des Nations unies (UNICEF) et la Children’s Radio Foundation (fondation de la radio pour enfants) située en Afrique du Sud. Il vise à doter les jeunes du pays de compétences dans les médias.

« Daudi est un enfant spécial. Il est le seul à être resté dans notre programme de radio jusqu’à maintenant. D’autres ont quitté, mais pas lui », dit Mme Kimaro.

Le Young Reporters Network permet aux jeunes de faire de réels changements dans la société. Grâce à un horaire régulier chaque semaine sur les stations de radio d’un bout à l’autre du pays, les jeunes peuvent partager ​​leurs points de vue sur des sujets comme le travail des enfants, la maltraitance et l’accès à l’éducation.

Shaban Maganga organise des programmes de radio et de télévision hebdomadaire à Mwanza, une ville sur les rives du lac Victoria. L’émission Sayari ya watoto (planète des enfants) est diffusée sur les ondes de Metro FM tandis que l’émission Baraza la watoto (conseil junior) est diffusée sur les ondes de Barmedas TV. Les émissions visent les jeunes défavorisés de huit à seize ans.

« Les enfants font tout eux-mêmes. Ils enregistrent des interviews, préparent les textes et mettent les fichiers audio au point. Ensuite, ils présentent leur émission en ondes », explique M. Maganga.

M. Maganga est le directeur exécutif du Mwanza Youth and Children’s Network (réseau jeunesse et enfants Mwanza dont le sigle en anglais est MYCN). MYCN fait équipe avec l’UNICEF en vue d’utiliser la radio pour communiquer les messages des jeunes au public, aux décideurs majeurs et au gouvernement.

L’UNICEF estime que la radio atteint environ 70 pour cent de la population de la Tanzanie. Toutefois, les jeunes ont rarement l’occasion de parler de leurs problèmes, de leurs préoccupations, de leurs expériences et de leurs intérêts d’une manière qui suscite l’intérêt du grand public. Selon l’UNICEF, « le Young Reporters Network donne aux jeunes cette occasion ».

Mkombozi et MYCN essaient de garder les émissions de radio en ondes, mais ils se heurtent à des problèmes de financement. Mme Kimaro dit que sa station a manqué de financement l’an dernier tandis que M. Maganga dit que maintenir le programme au-delà de mai 2014 sera un défi.

« J’espère retourner au studio bientôt. Je m’intéresse aux programmes pour les enfants parce que je trouve qu’ils s’adressent à moi en tant que jeune. J’admire Linus et je souhaite pouvoir devenir un animateur de radio comme lui un jour », affirme Daudi.

Pour un supplément d’informations, veuillez visiter le http://www.unicef.org/tanzania/11436.html (en anglais seulement).

Pour écouter l’émission des jeunes reporters, visitez le https://soundcloud.com/groups/young-reporters-network-wanahabari-watoto

Pour visionner une vidéo au sujet du travail accompli par l’UNICEF au sein du Mwanza Youth and Children’s Network, visitez le https://www.youtube.com/watch?v=eeFZlaprQPk (en anglais seulement).