Tanzanie: Les agriculteurs tirent profit du télécentre local (IICD, ARH)

| avril 18, 2011

Téléchargez cette nouvelle

L’agriculteur Hamis Birika fait une heure de vélo pour se rendre au télécentre de Kilosa, au centre de la Tanzanie. Mais le voyage en vaut la peine. À partir du télécentre, il peut maintenant acheter des intrants à un bon prix et trouver des acheteurs pour ses produits.

M. Birika se souvient: « La saison dernière, je produisais des pastèques, mais elles ont été atteintes d’une maladie. » L’un des assistants du télécentre lui a conseillé une façon de contrôler la maladie. Ils ont fait venir le produit requis de Dar es Salaam. Puis, comme M. Birika l’explique, le télécentre l’a aidé à vendre ses pastèques: « J’ai vendu les pastèques en utilisant l’espace publicitaire sur le panneau d’affichage des prix du marché [à l’extérieur du centre] et j’ai payé une commission au centre. »

Kilosa est une ville rurale d’environ 20 000 habitants, située dans la région de Morogoro. Elle se trouve à environ 350 km de Dar es Salaam. Les 80 derniers kilomètres de route ne sont pas goudronnés. Le télécentre est connu sous le nom de KIRSEC, l’abbréviation de Kilosa Rural Services and Electronic Communication Centre (en français: Centre de communication électronique et de service rural de Kilosa). Ce centre est une idée de Mark Farahani, entrepreneur et spécialiste en conservation de l’eau et du sol.

M. Farahani rit quand il se souvient du bon vieux temps: « Avant d’avoir Internet à Kilosa, je devais faire un voyage de quatre heures vers Morogoro pour me connecter, parfois pour découvrir que je n’avais pas de nouveaux messages! Je devais passer la nuit là-bas. Cela me coûtait donc beaucoup de temps et d’argent. » Ces longs voyages pour se rendre au café internet ont convaincu M. Farahani d’ouvrir un télécentre à Kilosa.

Depuis 2004, il est l’heureux propriétaire du KIRSEC. Le Centre assure désormais des services complets de secrétariat, d’accès à Internet et d’information sur les prix du marché. Il fait également de la location d’équipement solaire et d’ordinateurs portables.

Chaque jour, les agriculteurs viennent de partout dans le quartier pour utiliser les services du télécentre. M. Farahani dit: « Les informations les plus appréciées sont les prix des marchés situés à proximité. » Ce type d’information n’est pas disponible en ligne. Ainsi, le télécentre affiche cette information sur un panneau, à l’extérieur. Le KIRSEC joue le rôle de centre d’information pour les neuf marchés du quartier, la collecte et la diffusion des prix par téléphone et par message-texte.

En dehors des services d’information, le centre offre aussi des intrants agricoles tels que des semences, des engrais et des insecticides, vendus en petites quantités afin d’être à la portée des portefeuilles des agriculteurs individuels.

Le KIRSEC fait partie du réseau des télécentres de Tanzanie, une plate-forme internet partagée par les télécentres de toute la Tanzanie. M. Farahani fait également partie du réseau Linking Learners Network, où il apprend à élaborer des stratégies d’affaires pour aider les agriculteurs à accéder aux marchés. Son prochain plan consiste à organiser des téléconférences vidéo pour aider les agriculteurs d’Afrique de l’est et au-delà à interagir les uns avec les autres.

Mary Richard Ng’unga a un petit magasin offrant un certain nombre de produits locaux. Elle vend de l’huile de tournesol en provenance de Gairo, une ville située dans le district de Kilosa. Elle vend aussi de la farine, du vin de banane et du vin rosella, produits par son propre groupe d’agriculteurs. Le centre lui fournit des informations sur les procédures d’obtention de certifications pour ses produits de terroir et sur les techniques d’impression des étiquettes pour ses produits. Son rêve est de vendre les produits de Kilosa dans toute la Tanzanie. Avec la proximité du télécentre, elle travaille déjà à faire de son rêve une réalité.