Sénégal : Des femmes luttent pour récupérer des mains d’une multinationale une terre agricole qui rétrécit (Trust)

| mars 20, 2017

Téléchargez cette nouvelle

Fatimata Sow se tient sur la place du marché, et contemple la vaste superficie de terre aride parsemée d’arbres. Elle ne plus cultiver cette terre parce que la multinationale, Senhuile, s’est emparée des terrains environnant il y a cinq ans.

Elle déclare : « Ici, les conditions de vie sont précaires, surtout pour les femmes. »

La femme de 42 ans est originaire de Thiamene, un tout petit village constitué de cases en paille, situé à la périphérie de la réserve animale de Ndiael, au nord du Sénégal. Elle soutient que les agriculteurs de sa région avaient l’habitude de gagner leur vie en cueillant du pain de singe et en vendant du lait de vache. Cependant, leurs recettes ont considérablement diminué depuis que la multinationale s’est approprié les terrains environnants et a bloqué les chemins qu’ils empruntaient pour se rendre au marché local et à la rivière.

Mme Sow ajoute que Senhuile pulvérise des pesticides qui empêchent leurs animaux de paître sur cette terre.

Elle affirme qu’au regard de la rareté actuelle des terres agricoles, la plupart des hommes de sa communauté ont dû se trouver un emploi dans la ville voisine. Ce sont les femmes qui travaillent au champ et élèvent les animaux pour permettre à leurs familles de continuer à avoir de quoi manger.

Elle ajoute : « La peine et la souffrance que nous vivons à cause de l’impact causé par la présence de [Senhuile] sont difficiles à décrire. »

Pour affronter ces problèmes, Mme Sow a regroupé les femmes de sa communauté pour protéger leur terre. Solange Bandiaky-Badji est la directrice Afrique de l’ONG américaine Rights and Resources Initiative. À ses dires, personne n’aurait jamais pensé que les femmes seraient impliquées dans le processus de prise de décisions concernant la terre à l’échelle locale ou nationale. Mais, maintenant, elle explique : « Les femmes [s’organisent] pour le changement. »

Les femmes prennent position à l’aide d’une application de téléphone cellulaire conçue pour aider les femmes à acheter des terres. Cette application permet aux femmes d’entamer le processus l’achat sans avoir à préciser leur sexe.

En outre, les organisations de la société civile s’unissent aux agricultrices pour prendre position et demander aux multinationales de leur rendre leurs terres.

Des femmes juristes sénégalaises travaillent avec la société civile pour aider des femmes comme Mme Sow à connaître leurs droits fonciers et obtenir une reconnaissance juridique.

Yande Ndiaye est juriste au sein de l’Association des juristes sénégalaises. Elle affirme qu’il y a un écart de genre en matière de droits fonciers au Sénégal, et ce, même si cela n’est pas inscrit dans le régime légal officiel. Elle ajoute : « Ce [le droit à la terre] n’est pas simplement un problème de femmes. »

Amadou Sow est le chef du village de Thiamene. Il soutient que, même si les multinationales procurent des emplois et des infrastructures aux populations locales, de nombreux agriculteurs de sa région affirment que les sociétés font plus de mal que de bien. M. Sow affirme que ce sont les femmes qui se sont opposées à la société, et qui mènent la lutte depuis le début.

Diariy Sow est une femme âgée du village de Thiamene. Selon elle, les femmes s’inquiètent pour l’avenir de leurs enfants. Elle ajoute : « Depuis la nuit des temps, c’est le seul endroit que nous connaissons. C’est ici que nos futures générations doivent être. »

Malgré ces difficultés, Mme Sow et les autres femmes de Ndiael ne se fient pas uniquement à la loi pour les aider. L’an dernier, elles ont récupéré un petit lopin d’entre les mains de Senhuile en érigeant des clôtures en bois rudimentaires et en y plantant des pastèques.

Le présent article s’inspire d’un article intitulé « Armée d’applications et de cultures, des femmes mènent une lutte pour sauver les terres agricoles de plus en plus petites au Sénégal. » Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez sur : http://news.trust.org/item/20170116140527-292vm/