Malawi: Les petits agriculteurs vulnérables ont la priorité dans le cadre du programme de subventions pour intrants agricoles (écrit par Mark Ndipita pour Agro Radio Hebdo au Malawi)

| janvier 24, 2011

Téléchargez cette nouvelle

Thenson Kamangira a 65 ans. M. Kamangira a une tenue décontractée, avec un pantalon noir et un T-shirt bleu. Il regarde le paquet de semences et le sac d’engrais qu’il vient d’acheter par l’entremise du programme de subvention d’intrants agricoles du Malawi. Il entre dans sa maison et regarde sa récolte de maïs de l’année précédente. Il sourit en anticipant une autre bonne saison.

M. Kamangira est un petit agriculteur du village de Kaledzera, au sud du district de Nsanke, dans le sud du Malawi. Cela fait plus de deux ans qu’il fait pousser du sorgho sur ses deux hectares et demi de terre. Le sorgho n’était pas son premier choix. Mais, sans intrants, il ne pouvait cultiver ni maïs ni légumineuses. Il dit: « Pendant 25 ans, je n’avais pas assez d’argent pour acheter des intrants agricoles tels que de l’engrais et des semences. Cela m’a forcé à cultiver du sorgho, qui pousse bien sans engrais. »

M. Kamangira dit que sa famille subissait la faim durant les années où il cultivait du sorgho. « En moyenne, chaque année, je récoltais six sacs de 50 kilogrammes de sorgho sur mon lopin de terre. Ces sacs mettaient ma famille dans une situation d’insécurité alimentaire étant donné qu’ils ne duraient même pas six mois. »

Le Docteur Andrew Daudi est le secrétaire général pour l’Agriculture et la sécurité alimentaire au Malawi. Il a récemment annoncé que durant la saison culturale 2010/2011, plus d’un million et demi d’agriculteurs bénéficieront d’engrais pour le maïs, de semences de maïs et de semences de légumineuses subventionnés par le gouvernement. Il a dit que le programme de subvention prendra en compte les agriculteurs vulnérables tels que les personnes âgées, les personnes séropositives, les ménages dirigés par des enfants et les personnes avec des handicaps physiques. Le Dr Daudi dit que le but du programme est d’améliorer l’accès aux intrants agricoles pour les petits agriculteurs à faible revenu.

C’est la sixième saison que le gouvernement du Malawi met en œuvre ce programme de subvention au niveau national pour améliorer le gagne-pain des petits agriculteurs. Cent soixante mille tonnes métriques d’engrais de maïs subventionné ont été distribuées cette année. De plus, le gouvernement a subventionné 8500 tonnes métriques de semences de maïs et 3200 tonnes métriques de semences de légumineuses. Grâce aux subventions, un sac de 50 kilogrammes d’engrais coûte à peine plus de trois dollars américains.

M. Kamangira a rempli les critères pour recevoir une aide du programme de subventions d’intrants agricoles au cours des deux dernières années, à cause de son âge. Il remercie le gouvernement d’avoir donné la priorité aux agriculteurs vulnérables: « Je suis content que le gouvernement soit venu en aide aux personnes âgées en leur donnant l’opportunité d’acheter des intrants agricoles subventionnés. Je n’ai plus à mendier pour avoir de la nourriture parce que la saison dernière j’ai récolté assez de maïs pour nourrir ma famille. »

M. Issac Alufandika est un autre agriculteur qui bénéficie du programme de subvention cette année. Il est admissible au programme parce qu’il a un handicap physique et qu’il est chef de famille. M. Alufandika vient du village de Jimu, dans le district de Nsanje. Il dit qu’il n’a pas de revenus pour acheter de l’engrais et des semences commerciaux: « Contrairement aux personnes qui sont mobiles, il m’est très difficile de faire du travail qui peut générer de l’argent. Par le passé, je comptais sur le fumier. Mais, cette saison, j’utiliserai aussi des engrais et je m’attends à ce que ma récolte soit meilleure. »

Mme Lucia Smart est séropositive et chef de famille. Elle vit aussi dans le village de Jimu. Elle a bénéficié du programme de subvention pour la première fois cette saison culturale. Elle est très enthousiasmée que sa famille soit en mesure d’acheter des intrants agricoles subventionnés. Elle explique: « Mon mari et moi suivons un traitement à base d’antirétroviraux et nous avons besoin de bien manger. Ce programme de subvention nous aidera à assurer notre sécurité alimentaire et nous serons en mesure de prendre soin de nous-mêmes. »