Malawi : Des émissions radiophoniques aident les agricultrices et les agriculteurs à trouver des marchés plus lucratifs

| septembre 14, 2015

Téléchargez cette nouvelle

Philip Chayamba a cultivé et vendu du soja et des arachides plusieurs années de suite. Toutefois, il gagnait très peu d’argent, car il était obligé de vendre ses produits à des intermédiaires. Il n’avait aucune autre option.

M. Chayamba vit à Cheyadi, un village situé à environ 100 kilomètres à l’ouest la capitale du Malawi, Lilongwe. Il raconte : « Durant les trois dernières années, j’ai subi des pertes en ce qui a trait à la vente du soja et des arachides en raison des prix très bas que proposent les vendeuses et les vendeurs…. J’étais incapable de subvenir aux besoins de ma famille d’une saison agricole à l’autre. »

Jusqu’à cette année, M. Chayamba n’avait d’autre choix que de continuer à vendre son soja et ses arachides aux intermédiaires. Alors, il a commencé à écouter une émission à la radio communautaire Mudzi Wathu.

Photo: Philip Chayamba et sa femme écoutent la radio. Crédit: Mark Ndipita

Photo: Philip Chayamba et sa femme écoutent la radio. Crédit: Mark Ndipita

L’émission s’intitule Tipindule ndi mtedza ndi soya (Gagner de l’argent grâce aux arachides et au soja). L’émission lui a appris l’existence de marchés offrant de meilleurs prix que ce qu’on lui proposait d’habitude.

M. Chayamba déclare : « Cette année, j’ai réussi à avoir 400 $US avec les arachides et 1 200 $US avec le soja, ce qui représente presque le double de ce que je pouvais gagner avant. »

Luciano Milala anime l’émission. M. Milala raconte : « Avant juin dernier, l’émission était axée sur les bonnes pratiques agricoles … [Mais] après le [démarrage] des récoltes, l’émission à aborder la question de la commercialisation … [lorsque nous avons remarqué que] les agricultrices et les agriculteurs vendaient leurs produits aux vendeuses et aux vendeurs à très bas prix. »

Désormais, l’émission fournit aux agricultrices et aux agriculteurs des informations sur la commercialisation, tout en mettant l’accent sur le produit, le lieu, le prix et les bénéfices.

Jacob Mshanga cultive dans le village voisin de Chimutu. Il a également tiré profit de l’écoute de l’émission. Il affirme que bon nombre d’agricultrices et d’agriculteurs de sa région ne savaient pas que d’autres marchés et d’autres acheteuses et acheteurs offraient de meilleurs prix que les intermédiaires locaux.

M. Mshanga explique : « Les émissions radiophoniques agricoles … n’abordaient pas beaucoup la manière dont les agricultrices et les agriculteurs commercialisaient leurs denrées. [Mais] comme la radio nous met maintenant en contact avec de nouveaux marchés, les vendeuses et les vendeurs eux aussi augmentent … leurs prix… »

M. Milala a appris comment les radiodiffuseuses et les radiodiffuseurs pouvaient aider les agricultrices et les agriculteurs avec les renseignements extraits d’une campagne radiophonique diffusée par Farm Radio Trust en juin 2015. Il déclare : « Je suis heureux que … les cultivatrices et les cultivateurs de soja et d’arachide aient trouvé de meilleurs marchés. »

Maintenant que M. Chayamba reçoit de meilleures propositions de prix, il envisage d’élargir sa superficie de soja et d’arachide.

Il déclare : « Cette année, je n’aurai aucune difficulté à payer les frais de scolarité et à faire des provisions pour ma famille. Je conseille aux autres agricultrices et agriculteurs d’écouter les émissions agricoles qui peuvent les informer davantage sur la commercialisation des produits agricoles. »