Kenya : Les noix macadamia biologiques aident les agriculteurs à survivre à la sécheresse (Trust)

| février 6, 2017

Téléchargez cette nouvelle

Par une journée estivale poussiéreuse dans le village de Githure, au centre du Kenya, un agriculteur grand de taille Francis Mureithi, ramasse du fumier dans une fosse de compost. M. Mureithi et d’autres agriculteurs portent des pardessus bruns et des bottes en caoutchouc noires tout en répandant du paillis à la base des macadamia.

M. Mureithi soutient que le paillis offre plusieurs avantages aux macadamia. Il explique : « Le paillis protège le sol, éloigne les mauvaises herbes et protège les plants contre les températures extrêmes. »

M. Mureithi et d’autres agriculteurs de la région avaient l’habitude d’épandre des engrais coûteux, qui laissaient après des résidus chimiques. Toutefois, des agriculteurs comme M. Mureithi cultivent désormais leurs denrées, telles que les noix, le café et le maïs, suivant des pratiques agricoles biologiques généralement moins coûteuses, et qui permettent aux cultures de mieux résister à la sécheresse.

L’agriculture biologique privilégie la gestion des cultures agricoles et de la fertilité du sol par l’utilisation maximum de produits naturels et de procédés naturels dans l’environnement, et la non-utilisation d’engrais ou de pesticides chimiques. Plusieurs producteurs kenyans qui pratiquent désormais l’agriculture biologique affirment que les méthodes organiques leur procurent de grands avantages.

Mary Wanja est une des agricultrices qui pratique l’agriculture biologique. Elle affirme que les méthodes organiques lui ont permis de diminuer de moitié ses frais agricoles, en ce qu’elles l’aident à économiser l’argent qu’elle utilisait pour l’achat des produits chimiques. Elle ajoute : « C’est également meilleur pour la santé, car les consommateurs mangent désormais des produits exempts de produits chimiques. »

Stephen Karanja soutient que le paillis organique est très bon pour son sol. Il déclare : « Autrefois, je perdais 70 % de mes produits agricoles en période de sécheresse, comparative à 20 % seulement maintenant, et ce, grâce au paillis qui préserve l’humidité du sol. »

Depuis 2010, le Kenya Organic Agriculture Network et des spécialistes de l’Université d’Egerton du Kenya offrent des formations aux communautés rurales sur l’agriculture biologique, dans le cadre d’un projet financé par macadamiafans GmbH, une société germano-kenyane qui fait la promotion de l’agriculture organique et de nouveaux marchés pour le Kenya. Ce projet vise à créer un nouveau système de commercialisation durable pour les noix, y compris la culture, la transformation et l’exportation.

Le projet a formé plus de 2 000 agriculteurs. Rhoda Jerop Birech est professeure à l’Université d’Egerton. Selon elle, les noix de macadamia résistent à la sécheresse. Elle explique : « Leurs feuilles perdent peu d’eau, quelles que soient la température et la chaleur du soleil. »

Anthony Ngondi est le responsable de la société macadamiafans au Kenya. Il affirme que l’abandon des produits chimiques au profit de l’agriculture organique devrait aider les agriculteurs à renforcer leur résilience face aux conditions climatiques extrêmes et au changement climatique. M. Ngondi ajoute : « L’agriculture organique offre aux communautés locales une source de revenus fiable en leur donnant la garantie que leurs cultures peuvent résister à la sécheresse. »

M. Mureithi a été l’un des huit premiers agriculteurs à avoir été formés en 2010. À ses dires, les producteurs de macadamia vendaient généralement leurs produits agricoles aux commissionnaires qui servaient d’intermédiaires entre les producteurs et les sociétés transformatrices de noix. Il ajoute : « Ils nous exploitaient en plus de nous voler notre argent. »

Mais les choses ont changé en mieux. Plutôt que de vendre leurs produits à des intermédiaires, les agriculteurs ont appris à transformer eux-mêmes les noix, y compris le séchage, le décorticage et l’emballage. La société macadamiafans expédie les noix en Allemagne, où les étudiants d’une école partenaire, à Göttingen, vendent les produits en vue d’acquérir des connaissances en entrepreneuriat social.

Le présent article s’inspire d’un article intitulé « Au Kenya, les noix de macadamia biologique offre une protection contre la sécheresse. » Pour lire l’article original, cliquez sur : http://news.trust.org/item/20161209091813-u1nea/