Éthiopie: Les petits cultivateurs de blé font leurs semis en lignes afin de combattre les mauvaises herbes graminoïdes (par Kalayu Menasbo, pour Agro Radio Hebdo)

| janvier 20, 2014

Téléchargez cette nouvelle

Solomon Girmay sourit en regardant son champ de blé tout vert, propre et bien organisé. Autrefois, ses plants poussaient mal, étranglés qu’ils étaient par des mauvaises herbes graminoïdes que l’agriculteur avait été incapable de contrôler.

Durant de nombreuses années, M. Girmay avait semé ses grains de blé à la volée et était accablé par des problèmes de mauvaises herbes graminoïdes et de faibles rendements. Son blé poussait juste à côté de mauvaises herbes, donnant lieu à une compétition pour les nutriments. Il dit: « Je perdais mon temps à faire de la gestion de mauvaises herbes graminoïdes… Ça me prenait beaucoup de temps pour séparer [les] plants de blé des mauvaises herbes. »

Les champs de M. Girmay sont près du village d’Atsbi Wemberta, à environ 70 kilomètres au sud-est de Tigray, dans le nord de l’Éthiopie. Comme de nombreux petits agriculteurs de la région, il ne savait pas qu’il pouvait régler son problème de mauvaises herbes graminoïdes en faisant ses semis en lignes.

Puis il a assisté à une session au Centre local de formation agricole, et on lui a présenté une technique d’ensemencement en lignes. M. Girmay a alors planté son blé en lignes, laissant environ 30 centimètres entre les lignes. Il dit: « Toutes les mauvaises herbes graminoïdes qui germent entre les lignes peuvent être aisément arrachées à la main. Ça prend moins de temps et peu d’efforts. Mes enfants m’aident car c’est facile de séparer les mauvaises herbes du blé. »

Les agriculteurs éthiopiens sèment traditionnellement leurs céréales à la volée. Mais maintenant, le gouvernement et d’autres partenaires sont en train de faire la promotion de l’ensemencement en lignes en vue d’aider les agriculteurs à contrôler les mauvaises herbes plus facilement. Les rendements s’améliorent, vu qu’il y a moins de compétition pour les nutriments; cela pourrait aider à réduire l’insécurité alimentaire dans le pays.

Asfaw Gebre est un producteur agricole local. Il dit que les agriculteurs perdent souvent environ la moitié de leur rendement potentiel de céréales à cause des mauvaises herbes. M. Gebre dit: « Les agriculteurs font face à des difficultés en ce qui concerne le contrôle des mauvaises herbes graminoïdes parce que celles-ci ressemblent au blé. Les agriculteurs comme M. Girmay qui ont appliqué la technique d’ensemencement en lignes cette année ont la chance de contrôler ces mauvaises herbes graminoïdes plus facilement. »

Gebretsadiq Tesfay est expert en développement de vulgarisation et en intensification des pratiques optimales. Il dit aux agriculteurs que, quand les grains de céréales sont semés à la volée, les mauvaises herbes graminoïdes les privent d’ensoleillement, d’eau et de nutriments. Mais il dit: « En matière d’ensemencement en lignes, quand l’engrais et les grains sont mélangés ensemble et plantés en lignes (…) les mauvaises herbes graminoïdes manquent d’engrais, et par conséquent s’amincissent et disparaissent quasiment. »

Abraha Kahsay est un autre petit agriculteur qui a adopté l’ensemencement en lignes. Il dit que c’est mieux que de semer à la volée car il peut maintenant différencier assez facilement les mauvaises herbes des plants. Il explique: « L’année dernière, j’ai passé tout l’été ici à désherber. Mais (…) maintenant, c’est facile de contrôler les mauvaises herbes graminoïdes. »

M. Kahsay a bon espoir que ses rendements vont augmenter. Il dit: « J’ai décidé de faire de l’ensemencement en lignes sur toute ma terre agricole l’année prochaine. »