2. Ouganda: les fruits de l’innovation – une compagnie ougandaise remporte le prix de l’énergie verte

| juin 16, 2008

Téléchargez cette nouvelle

Il n’y a pas si longtemps, Dorothy Mugabe avait des bananes à ne plus savoir qu’en faire. Madame Mugabe cultive des bananes, ainsi que du café et des plantains, sur sa ferme de 20 acres, dans le district de Lyantonde, dans le centre de l’Ouganda. Parfois, sa récolte de bananes était si abondante qu’elle ne pouvait pas la vendre assez vite : certains fruits pourrissaient avant l’écoulement de son stock.C’était un problème commun dans le milieu des cultivateurs ougandais de fruits et légumes. Des infrastructures routières peu développées rendent difficile le transport de produits frais vers les marchés éloignés. Et comme le pays n’a pas d’industrie de fabrication du verre ou du métal, cela ne facilite pas le conditionnement des fruits et légumes sous forme de conserves.

Heureusement, l’ougandais Angelo Ndyaguma et le britannique Adam Brett, deux entrepreneurs à l’esprit innovateur, ont établi Fruits du Nil, une compagnie qui a su exploiter l’énergie solaire et changer la vie de beaucoup d’Ougandais. Cette compagnie a récemment été reconnue comme une pionnière mondiale en matière d’énergie solaire et nominée parmi les finalistes pour les prestigieux Prix Ashden pour l’énergie durable.

Angelo Ndyaguma, co-fondateur de Fruits du Nil, a parlé avec les Radios Rurales depuis Londres, en Angleterre, où le grand prix pour l’énergie verte sera remis cette semaine. M. Ndyaguma a expliqué que la compagnie a commencé avec la création séchoirs solaires facile à construire. Ces claies sont faites à partir de bois local. Des moutiquaires disponibles sur place sont utilisées pour protéger les récoltes sucrées contre les insectes. Un revêtement spécial en plastique, qui filtre les rayons UV et prévient le brunissement des fruits, constitue le seul élément importé pour le processus de séchage.

Les deux entrepreneurs ont ensuite tenu une série d’ateliers pour les agriculteurs locaux, en leur montrant comment utiliser les séchoirs solaires et préparer les fruits séchés pour répondre aux standards du marché. Les agriculteurs peuvent acheter les séchoirs solaires à la compagnie, à prix coûtant ou en obtenant un petit prêt.

Aujourd’hui, 700 agriculteurs des villages du sud, du sud-ouest et du centre de l’Ouganda fournissent des fruits frais pour les opérations de séchage. Des bananes, des ananas, des papayes et des piments séchées Fruits du Nil sont vendus en Ouganda même et envoyés en Europe.

Mme Mugabe fait sécher entre 200 et 300 kilogrammes de bananes pour Fruits du Nil, chaque mois. Une telle quantité de fruits séchés lui rapporte environ 750 000 shillings ougandais, l’équivalent d’environ 500 dollars américains, soit 300 Euros. Cette agricultrice se félicite de ce que ces revenus lui permettent de prendre soin de ses cinq enfants et de tous les envoyer à l’école.

M. Ndyaguma et son partenaire d’affaires sont, eux aussi, gracieusement récompensés. Étant parmi les sept finalistes internationaux pour le Prix Global de l’Énergie Verte, leur compagnie recevra un montant de 20 000 livres sterling s, l’équivalent de 65 millions de shilling ougandais (soit près de 40 000 dollars américains ou 25 000 Euros). L’un des finalistes sera choisi comme le « Champion de l’Énergie » et se verra remettre le grand prix, d’un montant de 40 000 livres sterling.