1. Afrique du Sud – Les ouvrières agricoles déclarent « Pas de justice, pas de vote » (Inter Press Service)

| avril 20, 2009

Téléchargez cette nouvelle

Lorsque Diane Hlathe récolte ses fruits, elle ressent aussi la douleur causée par son arthrite. Mais elle ressent également le goût amer de l’injustice.

Mme Hlathe travaille sur une ferme dans la province du Cap-Occidental, en Afrique du Sud. Elle dit que les propriétaires de fermes s’enrichissent alors que les travailleurs agricoles n’arrivent pas à survivre avec leurs salaires de misère. Les travailleuses agricoles gagnent moins que les hommes. Mme Hlathe affirme que son salaire ne lui permet pas de couvrir ses frais médicaux.

Elle veut que le gouvernement intervienne pour corriger cette injustice. Si le gouvernement n’agit pas, Mme Hlathe s’abstiendra d’aller aux urnes durant l’élection présidentielle de ce mercredi.

Il y a de cela trois semaines, les travailleuses agricoles de trois provinces du Cap ont marché jusqu’au parlement national. En agitant des pancartes, elles ont dénoncé le traitement injuste des femmes en agriculture, l’inégalité salariale pour le travail qu’elles effectuent ainsi que l’accès inégal aux programmes de redistribution des terres.

Isa Jacobs travaille pour Sikhula Sonke, une organisation de défense des droits des travailleurs agricoles. Mme Jacobs souligne que les autorités locales et les gouvernements nationaux ont ignoré leurs appels pour un meilleur accès à la terre.

Elle affirme que les travailleuses agricoles n’iront pas voter parce qu’elles estiment que le gouvernement leur a tourné le dos.

Maria Pieterson était parmi les travailleuses agricoles qui brandissaient des pancartes lors des manifestations. Elle a essayé d’obtenir des terres par le biais du programme gouvernemental de redistribution des terres. Mais le gouvernement local ne faisait que s’immiscer dans la procédure. Elle juge que cette lutte n’est pas seulement pour elle, mais aussi pour l’avenir de ses enfants.

Le Congrès national africain a été élu en 1994 sur la base d’une promesse de restituer les terres agricoles illégalement expropriées aux agriculteurs Noirs. Jusqu’à présent, seulement cinq pour cent des terres agricoles ont été transférés.