La FAO utilise la radio et des Champs Ecoles pour aider les agriculteurs confrontés à la Légionnaire d’Automne

31 Mars 2019
A translation for this article is available in English

La chenille Légionnaire d’Automne est un membre de la famille des lépidoptères, qui se nourrit en grand nombre d’une grande variété d’espèces végétales, mais son aliment préféré est le maïs. Cette chenille est originaire des régions tropicales et subtropicales de l’Amérique, mais depuis 2016, elle a été repérée sur tout le continent africain, grignotant des cultures de maïs. Les agriculteurs ont été pris au dépourvu, ne sachant pas comment lutter contre ce nouvel organisme nuisible, ce qui a entraîné la propagation rapide de la Légionnaire d’Automne d’un champ à l’autre et d’une région à l’autre, suscitant de vives inquiétudes quant aux dégâts économiques.

FAW damage

Les agriculteurs sont sur les lignes de front face à ce ravageur, alors qu’ils sillonnent leurs plantations à la recherche de cette chenille sous forme d’un Y renversé sur la tête ou des masses de plus de 150 œufs, que l’on trouve souvent sur les feuilles.

Les agriculteurs ougandais ont une bonne ressource pour réduire les dégâts causés par la Légionnaire d’Automne: la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) collabore avec Radios Rurales Internationales, les autorités locales du district de Kiryandongo et le Ministère de l’Agriculture, de l’Industrie Animale et des Pêches. En utilisant à la fois la radio interactive et des Champs Ecoles, ils ont sensibilisé le public à ce nouvel organisme nuisible et aidé les agriculteurs à l’identifier et à le gérer. Selon Andrew Atingi de FAO-Ouganda, le succès réside dans l’apprentissage par l’expérience et la méthodologie fondée sur les écosystèmes qui ont renforcé la résilience des populations rurales.

Avec l’approche des Champs Ecoles, les agriculteurs prennent l’initiative dans la collecte de données via un système d’alerte précoce de la Légionnaire d’Automne (FAMEWS). Ils sont assistés par des agents de vulgarisation agricole du sous-comté, utilisant des téléphones androïdes et des émissions agricoles.

Cinq champs avec un total de 162 agriculteurs ont participé à ce projet et ont travaillé dans cinq sous-comtés différents. Les agents de vulgarisation et le personnel de Radios Rurales Internationales ont rendu visite à ces groupes pour les encourager à écouter la radio en groupe et à en apprendre davantage sur les techniques de contrôle de la Légionnaire d’Automne. Radio Kitara Masindi a diffusé des émissions de 30 minutes le lundi soir (de 20h00 à 20h30) et les rediffusait le vendredi matin (de 10h00 à 10h30) pendant six semaines afin de donner aux agriculteurs les informations sur la surveillance des champs, le repérage et la gestion de la Légionnaire d’Automne.

Chaque Champs Ecole a reçu un poste récepteur capable d’enregistrer une émission en direct. Deux membres du groupe ont été sélectionnés pour s’occuper du poste radio au nom du groupe et les agriculteurs ont été encouragés à écouter l’émission créée pour eux. Les programmes en direct ont été enregistrés et rejoués lors de réunions de groupe. Les agriculteurs ont eu l’occasion de discuter entre eux et même de partager leurs points de vue en appelant en direct pendant l’émission ou en faisant un bip sur la ligne verte pour être rappelés à l’antenne (approche Beep4Voice).

Les groupes d’écoles ont également créé des jardins où ils ont planté du maïs. Les membres du groupe ont désherbé et surveillé leur champ pour la Légionnaire d’Automne. Ils ont également déployé des pièges à phéromones pour piéger les papillons. La FAO a fourni des téléphones androïdes aux cinq groupes de Champs Ecoles, leur permettant de rendre compte quotidiennement des résultats de leurs recherches sur le terrain, à l’aide de l’application FAMEWS.

Chaque semaine, un présentateur de l’émission agricole a rendu visite aux groupes d’agriculteurs et a interrogé les membres sur le sujet de la semaine. Leurs points de vue sur les réussites et les défis ont été consignés et ont ensuite été intégrés au programme, permettant ainsi à d’autres agriculteurs d’en tirer des enseignements. Cette approche a motivé d’autres membres de la communauté à rejoindre les groupes déjà établis et a également renforcé l’estime de soi chez les membres.

L’émission radiophonique sur la Légionnaire d’Automne a permis aux groupes de Champs Ecoles de repérer et de gérer ce ravageur qu’est la Légionnaire d’Automne parce qu’ils pratiquaient ce qu’ils avaient appris à la radio. Grâce à la gestion réussie de la Légionnaire d’Automne, la production de maïs a augmenté mais les agriculteurs sont maintenant confrontés au défi de la commercialisation en raison de la médiocrité des infrastructures de transport et de stockage.

Les membres du groupe sont également liés par des systèmes d’épargne et de crédit, ainsi que par des réglementations écrites qui les guident sur différents aspects tels que le leadership, les politiques et la participation sociale. Chaque groupe est composé d’hommes et de femmes, de jeunes et de personnes âgées ayant des intérêts communs et partageant des normes sociales similaires. Ils effectuent toutes les activités en groupe, y compris le repérage et la surveillance de la Légionnaire d’Automne dans les champs des membres du groupe et discutent des mesures de gestion en tant que groupe.

Les membres du groupe ont été encouragés à partager ce qu’ils ont appris. Les dirigeants des groupes de Champs Ecoles visitaient d’autres rassemblements communautaires avec les postes radio, sollicitant quelques minutes pour écouter les programmes radiophoniques enregistrés. Cela les a aidés à obtenir de bons résultats dans la gestion de la Légionnaire d’Automne en tant que communauté.

M. Atingi est satisfait du résultat du projet, qui s’achève en Décembre 2019. «Dans le contexte du changement climatique, l’apprentissage par l’expérience et les éléments de la méthodologie des Champs Ecoles basés sur les écosystèmes ont permis de renforcer la résilience des populations rurales et des systèmes de production agricole», a-t-il déclaré.