Au Niger, des agriculteurs laissent pousser des arbres dans leurs champs, et récoltent ainsi de gros bénéfices

21 Janvier 2019
A translation for this article is available in English

La nouvelle agricole qui nous provient cette semaine d’Éthiopie présente les avantages des jardins-forêts. Notre texte radiophonique de la semaine porte également sur les avantages pour les agriculteurs et les agricultrices à entretenir avec soin les arbres de leurs champs.

Dans les années 70 et 80, beaucoup d’écrits ont été publiés sur la crise énergétique dans les pays sahéliens et d’autres régions arides et semi-arides. L’écart entre les besoins énergétiques des populations, presque exclusivement satisfaits par le bois, et la capacité des arbres et des arbustes à combler ces besoins semblait grand. À cette époque, le Sahel avait vécu des sécheresses plusieurs années de suite. Les terres agricoles avaient envahi les zones périphériques où la végétation fut détruite.

Il est apparu que la végétation présente près des villes sahéliennes allait être totalement détruite en raison des besoins sans cesse croissants des populations en bois de chauffage.

À présent, la végétation au Sahel semblerait disparaître à cause de la surexploitation. Même s’il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une réalité dans certaines régions du Sahel, la végétation ligneuse se propage dans beaucoup de régions. Par exemple : au Niger, cette propagation est en cours dans les régions de Tahoua, Maradi et Zinder. À Tahoua, des reboisements sont organisés par des projets qui œuvrent surtout pour la remise en état des terres arides, tandis que les agriculteurs et les agricultrices commencent eux aussi à protéger les arbres et les arbustes qui ont repoussé naturellement. Dans le même temps, les éleveurs et les éleveuses de bétail protègent la végétation naturelle telle que l’essence Acacia raddiana. À Maradi, des ONG ont aidé les paysans et les paysannes à protéger et gérer les arbustes qui se régénèrent spontanément sur leurs exploitations. Ce processus a démarré au milieu des années 80. Depuis quelque temps, un projet réalisé dans le district d’Aguié appuie la création d’organisations villageoises pour protéger, gérer et utiliser les arbres des exploitations agricoles.

Le présent texte radiophonique parle d’une pratique adoptée par les agriculteurs et les agricultrices, à savoir : la régénération naturelle assistée (RNA) qui consiste à protéger et gérer la régénération des arbres et des arbustes dans les champs. La RNA profite aux paysans et aux paysannes en ce qu’elle restaure la végétation ligneuse. Ces derniers s’attèlent presque toujours à ramener les arbres et les arbustes ayant une valeur économique.

La régénération naturelle assistée et protégée dans les champs de cultures suscite peu d’intérêt. Très peu de décideurs nationaux et internationaux la connaissent, et il existe très peu de publications sur le sujet. Toutefois, une étude stipule que la RNA a eu un impact positif sur au moins cinq millions d’hectares de terre cultivés au Niger. Si cela est exact, il s’agit d’un cas unique au Sahel et probablement dans toute l’Afrique.

Le présent texte radiophonique est basé sur des interviews réelles. Vous pourriez vous en inspirer pour faire des recherches et écrire un texte sur un sujet similaire dans votre région. Sinon, vous pourriez le faire interpréter dans votre station par des comédiens et des comédiennes de doublage à la place des intervenant(e)s. Si tel est le cas, assurez-vous d’informer votre auditoire au début de l’émission qu’il s’agit de voix de comédiens et non celles des personnes avec lesquelles les interviews originales ont été réalisées.

http://scripts.farmradio.fm/fr/radio-resource-packs/pochette-88/au-niger-des-agriculteurs-laissent-pousser-des-arbres-dans-leurs-champs-et-recoltent-ainsi-de-gros-benefices/