Mama Radio éveille à la dimension agricole et l’égalité

24 November 2019
A translation for this article is available in English

Bukavu, la capitale de la province du Sud-Kivu, est à plus de 2 000 kilomètres de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo. Ici, la violence entre groupes armés est monnaie courante et l’exercice des droits fondamentaux est difficile. Les violences faites aux femmes sont également courantes, et la libre expression au féminin est un sujet sensible. Il s’agit là de deux des raisons de l’existence de la station de radio communautaire Mama Radio.

Quatre femmes travaillent à Mama Radio pour amplifier les voix des femmes afin de changer les mentalités de la communauté. Gisèle Baraka est chargée des programmes, Rachel Furaha est chargée des productions radio, Colette Salima est rédactrice en chef et Aline Mwamikazi est présentatrice. Joseph Cikuru, le technicien, les appuie.

Pour la présentatrice madame Mwamikazi et ses collègues, « Il faut honorer la mémoire des filles et femmes dont les corps ont été transformés en champ de combat et qui payent le lourd tribut des guerres récurrentes et de l’insécurité persistante. [Il importe] de positiver l’image des femmes en tant qu’actrices de paix et de développement. »

À travers l’émission Sisimuka Mulimaji (Réveille-toi agriculteur), ces radiodiffuseuses tentent d’offrir une tribune d’expression aux agricultrices et agriculteurs, notamment aux femmes. L’émission était en lice parmi les 40 candidatures au Prix Liz Hughes pour Radios Rurales au féminin décerné par Radios Rurales Internationales. Elle figurait parmi les finalistes de l’an dernier.

Parler d’agriculture sur les ondes est une réelle passion pour ces femmes. Tous les jeudis soir, durant 15 minutes, la communauté agricole peut se tourner vers les ondes pour parler des hauts et des bas de leur travail sur le terrain. Elles peuvent également trouver une foule de ressources sur les techniques agricoles les plus efficaces. L’équipe mise sur la production de contenus respectueux du genre, à travers une égale participation des hommes et des femmes dans chaque émission.

Sisimuka Mulimaji donne la parole aux femmes et aux filles qui composent la main-d’œuvre agricole. De plus, elle informe les communautés sur le rôle des femmes au sein de leurs familles et leurs communautés, et encourage les femmes à s’impliquer dans les rôles de leadership.

Plusieurs femmes sont membres des groupes qui écoutent l’émission et en discutent par la suite. Pendant ces discussions, elles peuvent donner leurs avis et partager leurs impressions sur le sujet, ainsi que les nouvelles connaissances acquises ou les informations dont elles ont toujours besoin.

Les groupes d’écoute constituent un formidable point de contact avec les agriculteurs et les agricultrices des régions que les radiodiffuseuses ne peuvent visiter en raison de l’insécurité ou des mauvaises routes. Madame Furaha explique : « Les membres des groupes d’écoute nous tiennent informés de la situation dans les lieux isolés. Cela facilite la communication avec des experts qui nous servent de sources locales. Nous les joignons par téléphone ou allons à leur rencontre pour une interview préenregistrée. »

L’émission Sisimuka Mulimaji a suscité beaucoup de changements concrets au sein de la communauté de Bukavu. Les radiodiffuseuses notent l’intérêt grandissant de la communauté pour l’agriculture et l’adoption de meilleures techniques agricoles. Concernant l’impact sur les femmes, celles-ci sont de plus en plus disposées à participer aux récoltes, une tâche qui autrefois incombait aux hommes.

Mama Radio figurait parmi les finalistes de la première édition du Prix Liz Hughes pour Radios Rurales au féminin, décerné par Radios Rurales Internationales pour récompenser le travail effectué par les radiodiffuseurs et les radiodiffuseuses pour servir les femmes, promouvoir l’égalité de genre et faire entendre les voix des femmes. Ce prix a été décerné lors de la Journée internationale de la femme en mars 2019. Restez à l’écoute pour l’appel à candidatures pour la prochaine édition du Prix Liz Hughes qui sera lancée en décembre.