Projecteurs sur Earl Samuels, lauréat du Prix des communications George Atkins, Fiila FM, Ghana

01 Octobre 2018
A translation for this article is available in English

Earl Samuels avait longtemps voulu conférer une autonomie accrue à son peuple et leur fournir un accès à l’information en période difficile. C’est ce qui l’a motivé à poursuivre une carrière en journalisme de radiotélévision il y a près de 27 ans.

Monsieur Samuels a travaillé à la télévision, la radio et la presse écrite, où il a couvert tous les domaines, y compris le sport, la politique, le divertissement et les questions sociales. Toutefois, depuis 10 ans, il travaille surtout sur une sorte d’émission radiophonique particulière pour servir les communautés de la région du Nord du Ghana : les émissions agricoles.

« Lorsque je voyageais [en tant que journaliste] je voyais l’impact des émissions agricoles et ce qu’elles pouvaient faire pour les gens, » déclare-t-il. « J’ai réalisé que nous devons doter de moyens les gens qui travaillent dans l’agriculture. »

Ainsi, monsieur Samuels s’est servi de ses compétences de journaliste chevronné pour démarrer une émission radiophonique agricole à Fiila FM à Tamale, où il a animé l’émission du matin pendant cinq ans. Il se rendait sur le terrain pour parler aux agriculteurs et aux agricultrices, et recueillir des informations pour l’émission hebdomadaire qui a eu un grand succès.

« À la fin de l’émission, les gens nous appelaient ou venaient à la station pour nous rencontrer parce qu’ils voulaient avoir une cassette pour pouvoir mieux l’écouter, » déclare monsieur Samuels. « Pour moi, c’est que qui me procurait de la joie, car je savais que les gens écoutaient et que ce que je faisais avait un impact sur eux. Par conséquent, cela m’a encouragé à en faire plus. »

Monsieur Samuels a participé au premier atelier sur les ressources des radiodiffuseurs à Tamale où il a rencontré Benjamin Fiafor, le directeur pays de Radios Rurales Internationales au Ghana. Monsieur Fiafor lui a présenté une grande collection de ressources pouvant l’aider à produire des émissions radiophoniques agricoles. Grâce à ces nouvelles connaissances et à l’accès à l’information, monsieur Samuels a démarré des émissions agricoles au niveau de quatre nouvelles stations dans la région du Nord, dont Suhupieli FM, Radio Amana, Sunshine Radio et Pupieli FM.

Il anime des émissions à Suhupieli FM (The Farmer’s Friend, ou L’ami des agriculteurs) et à Fiila FM (A Time with the Farmer, ou Un moment avec les agriculteurs, et Let’s Go To The Farm, ou Allons à la ferme). Les deux émissions abordent des questions agricoles afférentes aux changements climatiques, au défrichage des terres, à la plantation, à la récolte et à l’application des engrais, entre autres. Dans le cadre de ces émissions, monsieur Samuels a aussi produit des documentaires pour deux projets de Radios Rurales Internationales au Ghana, dans lesquels il interagit avec des producteurs et des productrices de riz, d’oignons et de maïs pour discuter des problèmes qu’ils rencontrent au niveau de la production agricole.

Monsieur Samuels est un radiodiffuseur très motivé, polyvalent et passionné. Il contribue à divers projets de développement et travaille également à Joy FM et BBC Africa Production pour Post Mark Africa.

Il affirme que la grande collection de ressources de Radios Rurales Internationales l’aide à régler la question d’acquisition du matériel pour ses émissions agricoles.

Il déclare : « Au-delà des défis, aller dans les fermes pour rencontrer les agriculteurs individuellement en vue d’échanger des idées est vraiment une bonne chose pour moi. Je ne regarde pas aux difficultés. Je vois les avantages que j’ai à travailler dur pour amener les gens à faire la bonne chose. »

Malgré les défis, il sait que d’importantes récompenses les attendent, lui, les agriculteurs et les agricultrices.

Monsieur Samuels affirme être reconnaissant pour le Prix des communications George Atkins qu’il a reçu après tant d’années consacrées à ce métier et il espère poursuivre ce travail important.

« Cela me pousse davantage à faire du bon travail et à former également d’autres personnes pour qu’elles se lancent dans les émissions agricoles, » déclare-t-il. « Radios Rurales Internationales nous fait vraiment du bien et j’apprends beaucoup d’elle. »