Projecteurs sur Abood FM, en Tanzanie

03 Juillet 2017
Une traduction pour cet article est disponible en English

Le trajet pour se rendre de Morogoro au village de Lungo est long. Il faut emprunter d’abord une route goudronnée, puis traverser un bourg, avant de parvenir finalement au centre du village. Le voyage dure au moins deux heures. Et de là, il faut marcher longtemps à travers des flaques d’eau boueuses et même un ruisseau pour atteindre les fermes d’Elikuna Emanuel Kuamjama et Hidya Muhidini Kipil, qui cultivent du riz, du soja, du tournesol et du maïs dans la région de Morogoro, en Tanzanie.

Les radiodiffuseurs Mohamed Issa et Mariam Maruzuky effectuent régulièrement des périples comme celui-ci, traversant à gué l’eau et la boue, pour rendre visite aux agriculteurs et aux agricultrices dans leurs champs.

Monsieur Issa explique qu’ils se rendent sur le terrain pour s’imprégner des réalités des agriculteurs et des agricultrices, décrites par ces derniers dans leurs propres mots. Il déclare : « Lorsque nous allons au village pour demander aux paysans et aux paysannes de nous donner des informations, j’aime leur façon d’expliquer ce qu’ils font. Nous voyons ce qu’ils font concrètement. »

Ces radiodiffuseurs prévoient une journée entière pour rendre visite aux agriculteurs et aux agricultrices, généralement le samedi, en vue de leur émission agricole hebdomadaire, Kilimo Bora (Agriculture améliorée), qui est diffusée le vendredi soir sur Abood FM. L’émission est également rediffusée le dimanche soir.

Monsieur Issa explique : « [Les visites sont] importantes, car toutes les semaines nous avons une émission. Il nous faut savoir ce qui se passe [sur les fermes.] »

Ils alternent leurs visites entre quatre villages voisins. Avant d’aller sur le terrain, ils préparent les questions qu’ils poseront aux agriculteurs et aux agricultrices, et ce, en fonction du sujet du prochain épisode. Mais lorsqu’ils entendent parler d’un autre problème plus urgent, ils changent le sujet de l’émission.

En général, Kilimo Bora suit la même trame toutes les semaines. Les animateurs commencent en introduisant et en expliquant le sujet, et diffusent ensuite les voix des agriculteurs et des agricultrices qu’ils ont enregistrées sur le terrain. Actuellement, ils parlent des problèmes de commercialisation du soja, et abordent des sujets comme l’agriculture sous contrat et la transformation du soja. Ils ont également diffusé des émissions sur les bienfaits nutritionnels du soja.

Par la suite, ils diffusent une interview réalisée avec un expert, suivi de questions provenant de l’auditoire, qui ont été enregistrées au préalable par le biais d’Uliza. Uliza est une application Web destinée à recueillir et analyser les réactions et les questions des auditeurs et des auditrices à l’aide de téléphones portables.

Les radiodiffuseurs diffusent une question à l’antenne chaque semaine, et le programme Uliza de Radios Rurales Internationales permet aux correspondant(e)s téléphoniques de répondre à la question de sondage en se servant du clavier de leurs téléphones. Les correspondant(e)s peuvent également enregistrer des commentaires et des questions. Lorsque les radiodiffuseurs et les radiodiffuseuses se connectent sur Uliza, ils voient les résultats du sondage et entendent les enregistrements des personnes qui ont appelé.

Monsieur Issa et madame Maruzuku diffusent parfois les questions ou les commentaires des correspondant(e)s, et d’autres fois ils s’en inspirent pour formuler leurs propres questions pour l’expert(e).

Les deux animateurs invitent aussi les auditeurs et les auditeurs à appeler en direct pendant l’émission. Si l’expert(e) se trouve dans le studio, il ou elle peut répondre à l’auditeur ou l’auditrice.

En incluant les voix des auditeurs et des auditrices d’un bout à l’autre du processus de réalisation de l’émission, les deux radiodiffuseurs s’assurent ainsi que leur émission répond aux besoins de ces derniers. Ils savent exactement ce que les agriculteurs et les agriculteurs font durant ladite semaine, et les problèmes auxquels ils sont confrontés. De plus, ils s’efforcent d’aborder les préoccupations des paysans et des paysannes à l’antenne, en diffusant les paroles de ces derniers.