Malawi : La prise de décisions conjointe augmente les revenus agricoles familiaux

30 September 2019
A translation for this article is available in English

Il est presque 11 heures du matin et Diffat Chinyama et sa femme Lunia retournent chez eux après avoir semé du haricot dans leur champ. Madame Chinyama prépare le repas, puis rejoint son mari sous la véranda où ils bavardent en calibrant les arachides.

Madame Chinyama explique à son mari que le mois d’août actuel est le meilleur moment pour acheter des intrants agricoles pour la saison suivante. Monsieur Chinyama regarde sa femme et acquiesce par un sourire.

Il déclare : « Je suis heureux que tu sois toujours la première à me rappeler ce que devrait être notre prochaine activité agricole. C’est cet esprit qui a permis à notre famille d’aller aussi loin. »

Monsieur et madame Chinyama vivent dans le village de Moto One dans le district de Ntchisi, à environ 60 kilomètres, au nord de Lilongwe, la capitale du Malawi. Ce couple discute toujours et prend des décisions collectives sur des questions comme l’achat d’intrants agricoles, la récolte, la vente de produits agricoles et la façon d’utiliser leurs revenus agricoles.

Monsieur Chinyama raconte qu’avant 2012, il prenait presque toutes les décisions agricoles sans consulter sa femme. Mais après avoir adhéré au Club d’écoute radiophonique Sambakunsi, formé avec le soutien de Farm Radio Trust, il a appris l’importance d’impliquer sa femme à chaque étape de l’agriculture, et ce, de la production à l’utilisation des revenus agricoles, en passant par la commercialisation.

Depuis lors, monsieur Chinyama consulte sa femme pour chaque décision agricole importante. Il est convaincu désormais qu’une femme peut apporter des idées positives qui améliorent le bien-être économique de la famille.

Il déclare : « Depuis que j’ai commencé à l’impliquer dans chaque aspect de notre culture d’arachides, notre production et nos revenus ont augmenté. Nous pouvons maintenant économiser de l’argent pour des projets de développement. »

Mike Nkhonjera est l’agent de vulgarisation du district de Ntchisi. Il affirme que le partage de pouvoir inéquitable en termes de prise de décisions agricoles limite la capacité des femmes à améliorer leur bien-être personnel et celui de leurs familles.

Monsieur Nkhonjera ajoute : « Prendre les décisions ensemble en famille permet de réduire la pauvreté, car les femmes jouent un rôle intégral dans la sécurité alimentaire, ainsi que dans l’utilisation des revenus pour la famille. Outre cela, les femmes sont généralement une bonne ressource pour l’agriculture. »

Il explique que grâce aux clubs d’écoute, certains paysans et paysannes de district ont été formés sur le genre. Cela a motivé les femmes et les hommes à discuter de sujets agricoles et à prendre des décisions ensemble, voire des décisions concernant l’utilisation des recettes des ventes de produits agricoles.

Dalia Limbikani est une autre agricultrice à qui profite la prise de décision conjointe. Elle raconte que son implication dans les décisions a amélioré ses activités familiales.

Elle explique : « Nous sommes des agriculteurs, mais outre cela j’ai également une boutique où je vends différentes marchandises. Pendant des années, c’est mon mari qui contrôlait les finances. Mais après avoir suivi la formation sur le genre ensemble, les choses ont changé, car il a commencé à m’impliquer dans la gestion de l’argent. »

En 2015, le magasin de madame Limbikani a généré un capital d’environ 70 000 kwacha malawite (95 $ US). Maintenant, la boutique a une valeur de plus de 600 000 kwacha (815 $ US).

Elle déclare : « Je réalise plus de profits avec les ventes depuis que mon époux a commencé à m’impliquer, car en travaillant et en faisant des projets en famille, nous ne gaspillons plus d’argent pour des choses inutiles comme nous en avions l’habitude quand c’est lui qui gérait les fonds. »

Madame Limbikani ajoute : « Avec les bénéfices que nous avons réalisés en 2018, nous avons convenu d’un commun accord d’acheter une moto qui est actuellement sur la route, transportant les gens d’un lieu à un autre, et cette activité nous rapporte également de l’argent. »

Madame Limbikani soutient qu’elle continuera à collaborer avec son mari dans l’agriculture et les prises de décisions pour qu’un jour ils puissent acheter un camion de trois tonnes, la voiture de rêve de sa famille.

Madame Chinyama affirme que les revenus de sa famille augmentent également parce que les décisions sont prises en famille. Selon elle, sa famille économise près de 150 000 kwacha (204 $ US) chaque année et a commencé à construire une maison en tôles ondulées.

Elle ajoute : « La maison est toujours en construction et nous espérons la terminer l’an prochain après avoir vendu les produits agricoles de la saison agricole à venir.

Uniterra est un programme réalisé par le consortium CECI-EUMC, qui travaille au Malawi avec des partenaires locaux dans les sous-secteurs du thé, des légumineuses et de l’élevage laitier pour aider les jeunes et les femmes à accéder à de meilleures possibilités économiques. L’objectif est de renforcer le pouvoir économique des femmes et des jeunes en développant leur esprit d’entrepreneuriat. Le programme Uniterra a accordé un financement et un soutien technique pour la production de cette nouvelle. Le CECI et l’EUMC sont appuyés financièrement par le gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada, www.international.gc.ca.