Ouganda : Les asticots, les termites et les mouches comme aliments pour animaux

10 June 2019
A translation for this article is available in English

Mike Omoyo Okee mène des activités étranges. L’homme de 44 ans récupère des os et du sang pour élever des termites, des asticots et des mouches. C’est un travail malodorant, sale, mais cela lui permet d’économiser l’argent qu’il aurait dépensé pour l’achat de provende à poussin.

Monsieur Okee réside à Pece-Aywee, un village du district de Gulu, au nord de l’Ouganda. Il a commencé à élever des insectes quand il s’est aperçu de l’économie qu’il pouvait réaliser en les utilisant comme provende. Il explique : « Un jour, en 2015, je sortais de l’abattoir où j’étais allé chercher des os pour mes chiens à la maison. J’ai vu des oiseaux qui mangeaient des asticots. Je me suis arrêté pour les observer, et c’est là que j’ai réalisé que les asticots provenaient de la viande non désossée pourrie, et il y a eu un déclic dans mon esprit : et si on nourrissait les poules avec ces asticots? C’est à ce moment que j’ai commencé à penser aux aliments de rechange moins coûteux. »

Monsieur Okee dépensait beaucoup d’argent pour l’achat de provende à poussin, jusqu’à 500 000 shillings ougandais (132 $ US) chaque mois pour nourrir ses 300 volailles. Il faut deux mois aux volailles pour devenir adultes et peser cinq kilogrammes chacun.

Grâce à une émission de Mega FM, monsieur Okee a confiance en ses nouveaux aliments. Il affirme que l’émission est très instructive et présente plusieurs questions que se pose la communauté. L’émission a confirmé que les insectes sont une bonne source d’aliment pour les poules.

Les insectes peuvent servir également à nourrir les poissons. En Ouganda, de nombreux pisciculteurs et piscicultrices du district de Wakiso songent à utiliser les insectes en guise d’aliments, avec le concours d’une émission de Radio Simba. Hakim Ssendawula explique : « Je suis pisciculteur et je sais pertinemment que les poissons raffolent de grillons et de sauterelles. Ils mangent toutes sortes de sauterelles. Lorsque celles-ci tombent dans l’étang, les poissons les ramassent automatiquement. »

Monsieur Ssendawula compte se lancer dans l’élevage de sauterelles, car elles se reproduisent rapidement. Il ajoute : « Les insectes ont une teneur élevée en protéines. Lorsque vous nourrissez votre volaille et vos poissons avec ces insectes, vous verrez comment ils adorent les manger. Je crois aussi que cela me permettra d’économiser l’argent que j’utilisais pour acheter des aliments. »

Monsieur Okee élève des asticots, des termites et des mouches pour nourrir ses poules. Il soutient que l’élevage ne prend que quelques jours et est abordable, bien qu’un peu inhabituel.

Pour obtenir des asticots, il laisse tremper du maïs dans l’eau pendant plusieurs jours dans un seau qu’il couvre ou laisse ouvert. Les mouches pondent dans l’eau. Monsieur Okee affirme qu’au bout du quatrième jour, il y aura des larves ou des asticots dans le seau, prêts à être servis à ses poules.

Il élève aussi des asticots sur la bouse provenant directement des intestins d’un animal. Il récupère gratuitement des restes d’animaux dans un abattoir, et les mélange avec un peu de sang animal. Il verse le mélange dans un seau ou une bassine, et la forte puanteur attire les mouches. Il soutient que le troisième jour, des asticots apparaîtront dans le seau. D’ici le quatrième jour, il peut les donner à ses poules.

Monsieur Okee ajoute : « Ce processus paraît absurde … se rendre à l’abattoir pour recueillir ces déchets. Parfois, les gens pensent que vous êtes fou et se demandent à quelle fin vous les utiliserez. Mais je me sens maintenant à l’aise de récupérer n’importe quel déchet parce que j’en connais les bénéfices. »

Pour l’élevage des termites, il découpe un eucalyptus en morceau. Il affirme que l’odeur de l’arbre attire les termites. Il dépose les morceaux d’arbre autour de sa maison, et juste quelques jours après il peut trouver des termites. Les poules mangent librement les termites pendant qu’elles errent autour de sa propriété.

L’attraction des mouches est un travail plus salissant, à l’instar de l’élevage des asticots. Monsieur Okee met des os d’animaux à bouillir pour obtenir une soupe nauséabonde. Il laisse refroidir la soupe durant quelques heures dans une cuvette ou un seau. Les mouches sont attirées par la soupe dans laquelle elles tombent souvent. Il se sert d’un tamis pour retirer les mouches et les donner à manger à ses poules.

Selon monsieur Okee, les insectes sont bénéfiques à son entreprise. Ses poules se développent bien, sont grosses et se vendront à un bon prix. Il économise de l’argent sur les aliments.

La présente nouvelle a été initialement publiée en décembre 2016.