Burkina Faso : Un marché spécial à Zogona fait la promotion des produits « agroécologiques » qui comblent les attentes des producteurs et des consommateurs (AgribusinessTV)

01 April 2019
A translation for this article is available in English

Chaque samedi matin, le quartier de Zogona, à Ouagadougou, est animé par l’effervescence d’un marché de produits « agroécologiques ». Ici, les agriculteurs vendent les fruits et les légumes qu’ils ont cultivés en s’inspirant de l’agroécologie, une philosophie agricole axée sur le respect de l’environnement. Une coopérative a créé ce marché pour permettre aux agriculteurs de mieux écouler leurs stocks à un prix profitable qui satisfera autant le producteur que le consommateur.

Cette initiative est soutenue par deux ONG italiennes : Mani Tese et l’ACRA. Elles incitent les agriculteurs burkinabé à promouvoir leurs produits par la création d’un lien direct avec le consommateur, pour que les deux parties puissent tirer profit de cette activité. Dans ce marché, le paysan peut vendre sa marchandise sous l’œil attentif de l’acheteur, qui recherche des produits de qualité supérieure.

Les clients peuvent examiner les produits tranquillement et même visiter les champs où les légumes sont cultivés. Cela contribue à la socialisation directe avec le consommateur.

Karim Sawadogo travaille pour le compte de Mani Tese, et est le coordonnateur du projet « Partenariat pour un développement durable » entre l’Italie et le Burkina Faso. Il explique : « Si nous voulons que l’agroécologie se développe, il faut non seulement accompagner la production, mais surtout la commercialisation pour que les prix permettent aux producteurs de rentabiliser leurs productions. »

L’agroécologie s’inspire des pratiques agricoles qui respectent et protègent l’environnement, comme les bonnes pratiques pour la gestion des ressources en eau et des sols. Les approches agroécologiques à l’égard de l’agriculture englobent souvent la production bio, qui, comme d’autres pratiques, évitent d’utiliser des engrais chimiques et des pesticides de synthèse au profit de remèdes naturels faits maison à base de plantes quand cela est nécessaire.

Julie Diolompo est la secrétaire comptable de l’organisation Ke du Burkinabè, une société qui fabrique et vend des produits éco-bios. Elle louange ce partenariat qu’elle qualifie de « gagnant-gagnant ». Selon madame Diolompo, ce marché est avantageux également pour les consommateurs qui peuvent accéder directement à des légumes de qualité et produits dans des circonstances bénéfiques à l’environnement.

Frank Kuklinski fait des courses dans ce marché. C’est là qu’il peut trouver des légumes de qualité, et regarder leur taille et leur forme. Il dit que les consommateurs pensent souvent que les produits bios, qui sont produits sans pesticides, seront de mauvaise qualité, avec les trous de chenilles ou les autres défauts des ravageurs. Mais monsieur Kuklinski affirme que ce n’est pas vrai rien qu’en regardant les produits. Il déclare qu’il y a beaucoup de produits agricoles de bonne qualité dans ce marché.

Les producteurs locaux tirent d’autres avantages de l’affiliation de leur association avec Mani Tese, tels que la participation à des formations sur l’agroécologie, y compris l’utilisation du fumier de compost.

El Hadj Idrissa Compaoré est producteur de Loumbila, une commune rurale voisine de la capitale, à 25 kilomètres. Grâce aux formations, il a adopté une approche agroécologique à l’égard de l’agriculture et utilise plusieurs pratiques inspirées de l’agroécologie.

Il cultive sur un petit lopin de terre et utilise du fumier de compost et des pesticides faits maison. Il commence par étendre une première couche de compost avant de planter ses semences. Il recouvre ensuite le lopin d’une deuxième couche de compost, et arrose le sol d’un pesticide fait maison à base d’ail, de piment et de neem. Après que les plantes ont germé, il arrose son champ chaque matin. Après le repiquage quelques semaines plus tard, il étend encore une autre couche de fumier de compost et applique le pesticide fait maison une fois de plus.

Monsieur Compaoré ajoute que, grâce à ces enseignements, il a appris les impacts négatifs des pesticides chimiques qui peuvent avoir de nombreuses conséquences sur la santé, dont les problèmes respiratoires et le cancer. Il déclare : « L’agroécologie est une pratique qui va préserver à la fois notre santé et celle des consommateurs de ses produits. »

Interviewé devant ses produits agricoles, il dit que ce marché lui a montré que les consommateurs cherchent des produits biologiques de bonne qualité. Il ajoute : « [Tous] les matins, les consommateurs ne font que nous féliciter de ce que nous assurons la disponibilité et la qualité des légumes. Le fait d’avoir été félicités par les consommateurs est une raison de plus pour nous préserver le bien-être de tous. »

La présente nouvelle est inspirée d’une vidéo intitulée « Burkina Faso : un marché hebdomadaire pour les produits éco-bio, » initialement diffusée par AgribusinessTV. Pour regarder la vidéo, cliquez sur : http://agribusinesstv.info/en/burkina-faso-a-weekly-market-for-bio-based-products/.