Zimbabwe : Les petites céréales peuvent contribuer à atténuer l’insécurité alimentaire (Global Press Journal)

05 Novembre 2018
A translation for this article is available in English

Advance Mabhena tient un ensemble attrayant de plantes entre les mains. Monsieur Mabhena demeure dans le village de Ngwaledi, au Zimbabwe, et cultive des petites céréales depuis quatre ans. Il utilise les plantes telles que l’avoine et le rapoko, également connu sous le nom de mil rouge, à plusieurs fins.

Il déclare : « Les petites céréales sont également utilisées dans notre tradition et notre culture Ndebele pour la production de la bière, surtout pour les rites traditionnels. Nous faisons également de la bouillie pour les repas. »

Il a commencé à cultiver ces petites céréales en plus du maïs, car il avait réalisé que cela pourrait contribuer à la sécurité alimentaire et financière de sa famille.

Selon le Programme alimentaire mondial, 1,1 million de Zimbabwéens se trouveraient en situation d’insécurité alimentaire cette année.

La culture de base du Zimbabwe est le maïs qui ne résiste pas aux faibles quantités de pluie. Les experts agricoles et les nutritionnistes encouragent les paysans à cultiver les petites céréales qui résistent plus à la sécheresse, comme solution à l’insécurité alimentaire du pays. Par conséquent, la production des petites céréales est en hausse dans le pays.

Au Zimbabwe, les moyens de subsistance sont conditionnés par la production pluviale. Aussi, les conditions météorologiques imprévisibles peuvent causer des ravages au niveau de cultures comme le maïs qui a besoin de plus d’eau que les petites céréales.

Cela est une mauvaise nouvelle pour les travailleurs également. Au Zimbabwe, un tiers de la main-d’œuvre salariée parvient à subvenir à ses besoins grâce à des emplois liés à l’agriculture.

Dumisani Nyoni est le directeur adjoint du Département des services agricoles, techniques et de vulgarisation, ou AGRITEX. Selon monsieur Nyoni, la culture des petites céréales est en hausse dans la province du Matabeleland septentrional où réside monsieur Mabhena.

Selon un rapport publié en 2018 par le Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine, la production des petites céréales avait augmenté à Nkayi, un district du Matabeland septentrional. La production de sorgho était de plus de 150 % supérieure à la moyenne quinquennale.

Le rapport a expliqué : « L’approvisionnement en grains de maïs par les agriculteurs et les commerçants a diminué sur la majeure partie des marchés en raison de la faiblesse et l’irrégularité des précipitations saisonnière. »

Certaines petites céréales sont particulièrement résistantes, y compris le shirikure, une variété de sorgho cultivée à Dula, une région située à environ 55 kilomètres de Bulawayo.

Timothy Marega est un agent d’AGRITEX. Il affirme que le shirikure est répandu à Dula. Il ajoute : « Le shirikure est une des variétés les mieux adaptées pour cette région en termes de sécurité alimentaire, car il a l’avantage de ne pas attirer les oiseaux, contrairement à d’autres petites céréales. »

Les habitants du Zimbabwe consomment les petites céréales pour des raisons de santé également.

Lee-Anne Masuku est une nutritionniste zimbabwéenne. Elle déclare : « Plusieurs personnes font maintenant attention à leur alimentation, et préfèrent désormais faire leur farine à base des petites céréales. »

Winston Babbage est le président provincial du Syndicat des agriculteurs commerciaux du Zimbabwe dans le Matabeleland septentrional. Pour lui, même si les paysans des régions arides sont encouragés à cultiver les petites céréales, le processus d’adoption est lent.

Il affirme que la majeure partie des agriculteurs est habituée à cultiver du maïs, qui se vend toujours à un prix plus élevé. Il ajoute que la sensibilisation concernant les avantages qu’offrent les petites céréales doit se poursuivre.

Pour sa part, monsieur Mabhena est sur la même longueur d’onde.

Il déclare : « Vu que la région dans laquelle je me trouve est une région aride, les petites céréales sont faciles à gérer parce qu’elles résistent à la sécheresse. »

La présente nouvelle est adaptée d’un article intitulé « Small Grains Hold Promise for Alleviating Food Insecurity in Zimbabwe » rédigé par Fortune Moyo pour Global Press Journal. Pour lire l’article original, cliquez sur : https://globalpressjournal.com/africa/zimbabwe/small-grains-hold-promise-alleviating-food-insecurity-zimbabwe/.

Photo: Advance Mabhena cultive les petites céréales. Il les vend au marché à Bulawayo, Zimbabwe. Crédit: Fortune Moyo / Global Press Journal.