Tanzanie : Le maraîchage en sac profite aux citadins

07 October 2018
A translation for this article is available in English

Naom Mgeta et ses camarades d’école tiennent des bidons d’eau de trois litres dans les mains. Vêtus en bleu et blanc, ces élèves  arrosent des légumes dans le jardin de leur école, où des légumes verts nutritifs poussent dans des sacs remplis de terre et de fumier.

Naom est une écolière de 11 ans qui fréquente l’école primaire de Kahama, dans le district d’Ilemela, au nord-ouest de la Tanzanie. Elle déclare : « Nous cultivons les légumes dans des sacs de ciment usagés, car il est facile de cultiver les légumes de cette façon. »

Les élèves cultivent des légumes tels que le gombo, le poivron vert et les aubergines.

Erick Gunda est dans la même classe que Naom, c’est-à-dire en classe de CM1. Il affirme que les élèves ont décidé de cultiver des légumes dans des sacs vides, car cela ne nécessite pas de grandes superficies.

Levocuts Michael enseigne dans cet établissement. Elle déclare : « Nous avons formé des groupes dans lesquels les élèves apprennent à cultiver des légumes dans des sacs et montrent à d’autres élèves à faire de même, et à la fin les écoliers forment leurs parents, ainsi que leurs frères et sœurs à la maison. »

Salum Kapagala apprend aux élèves à cultiver des légumes. Madame Kapagala explique : « Je veux montrer au plus grand nombre possible de personnes dans ma communauté comment ils peuvent cultiver des légumes sur un tout petit espace afin de résoudre le problème de pénurie de légumes en ville. »

Selon elle, le maraîchage en sac n’est pas difficile. Madame Kapagala soutient qu’il est important d’utiliser des tamis de maille pour filtrer les grosses particules de terre. Avec les élèves, elle mélange la terre tamisée avec du fumier de compost et de l’herbe sèche et renverse le mélange dans des sacs de ciment vides. Ensuite, ils répandent de la cendre au-dessus pour neutraliser l’acidité du sol et contrer les attaques microbiennes, puis attachent les deux extrémités des sacs avec des ficelles.

Les écoliers et les écolières arrosent le mélange de terre avec de l’eau pendant trois jours avant de planter les semences de légumes. Par la suite, ils arrosent les plantes régulièrement.

Maria Consosia vit à Kahama, une ville du district d’Ilemela, et cultive des légumes dans des sacs chez elle. Elle affirme que cette technique lui permet d’économiser l’argent et le temps qu’elle dépense généralement pour acheter des légumes au marché.

Neema Semwaiko est l’agente chargée de l’agriculture, l’irrigation et la coopérative du district d’Ilemela. Selon elle, ils ont décidé de former les élèves, afin que ces derniers apprennent à leur tour les techniques du maraîchage en sac à leurs familles.

Madame Semwaiko soutient que les légumes sont d’une très grande utilité parce qu’il y avait très peu de potagers.

Le jeune Erick de 11 ans affirme que les légumes qu’ils récoltent sont préparés à l’école et que les élèves en reçoivent pour leurs familles.