Zambie : L’agriculture de conservation facilite la lutte contre les effets du changement climatique et la faim (IPS)

15 Janvier 2018
A translation for this article is available in English

Damiano Malambo était sceptique au sujet de l’agriculture de conservation, jusqu’à ce que le phénomène El Niño touche le sud de la Zambie et prive des millions de personnes de nourriture.

Il se rappelle : « L’épreuve de vérité est survenue en 2015 quand les précipitations furent très mauvaises. Mon scepticisme s’est transformé en véritable optimisme lorsque les deux hectares que j’avais cultivés suivant les règles de l’agriculture de conservation m’ont sauvé d’un désastre alors que les cinq hectares cultivés suivant les méthodes agricoles conventionnelles n’avaient absolument rien produit. »

L’agriculture de conservation est un modèle agricole caractérisé par le travail réduit du sol, la présence d’un couvert végétal et la rotation des cultures afin de maintenir le sol fertile. Ce modèle peut contribuer à amoindrir les effets du changement climatique, et aider les agriculteurs et les agricultrices à s’adapter aux nouvelles conditions climatiques. Les sécheresses prolongées et les crues soudaines sont devenues monnaie courante en Zambie.

Durant les deux dernières saisons, le troupeau de bovins de monsieur Malambo a doublé, passant de 30 à 60 têtes, et sa production annuelle de légumineuses a augmenté à environ 350 sacs de 50 kilogrammes, de 150 que c’était autrefois. Grâce à son revenu qui a augmenté, il a pu acheter deux véhicules.

Il se réjouit particulièrement de pouvoir produire des cultures de rente telles que le niébé et le soja qui lui rapportent de l’argent et l’aident à fournir des aliments nutritifs à sa famille. Monsieur Malambo montre du doigt son petit-fils de huit ans et ajoute : « Voyez comment ce garçon respire la pleine forme grâce à la bouillie de soja. »

Precious Nkandu Chitembwe est agente de communications à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Elle déclare : « Il est prouvé que l’agriculture de conservation est plus avantageuse que l’agriculture conventionnelle. Durant les saisons où d’autres agriculteurs avaient galéré, nous avons vu nos agriculteurs qui pratiquaient l’agriculture de conservation s’en sortir avec d’excellents résultats. »

Selon l’Indice de la faim dans le monde 2017, la Zambie figure parmi les dix pays touchés le plus par la faim. Une enquête récente révèle que 40 % des enfants présentent un arrêt de croissance prématuré.

Les autorités zambiennes encouragent les agriculteurs et les agricultrices à se tourner vers l’agriculture de conservation dans le cadre de son programme visant à améliorer la nutrition. Les cultures comme le soja, le niébé et d’autres légumineuses peuvent aider les familles à avoir suffisamment d’aliments nutritifs.

Toutefois, ce ne sont pas tous les paysans et les paysannes qui sont disposés à adopter tous les principes clés de l’agriculture de conservation en même temps. L’Indaba Agricultural Policy Research Institute a mené une étude qui montre qu’un très faible pourcentage de Zambiens ont adopté l’agriculture de conservation pour l’instant.

L’étude souligne que moins d’une petite famille agricole sur 10 avait adopté l’agriculture de conservation pendant la saison 2013/14. Elle note que les facteurs sociaux tels que les croyances dans la sorcellerie et la prière pour augmenter les récoltes influencent considérablement les prises de décision.

Paul Nyambe est le principal agent agricole du ministère de l’Agriculture dans la province du Sud. Il affirme que les agriculteurs et les agricultrices adoptent les pratiques de l’agriculture de conservation, mais que ce n’est pas tous qui le font et pas tout le temps.

Monsieur Nyamnbe explique : « L’agriculture de conservation comporte plusieurs volets. Lorsqu’on considère toutes les composantes dans leur ensemble, le niveau d’adoption est faible, mais lorsqu’il est question de labour ou de préparation du sol, les taux d’adoption sont très élevés. »

La présente nouvelle est une adaptation d’un article intitulé « Conservation Agriculture: Zambia’s Double-edged Sword against Climate Change and Hunger, » publié par l’Inter Press Service. Pour lire l’article original, cliquez sur : http://www.ipsnews.net/2017/11/conservation-agriculture-zambias-double-edged-sword-climate-change-hunger/

Photo: Minimum tillage (ripping) in Kasiya Camp, Zambia. Crédit: Crissy Mupuchi/DAPP