Zambie : Des agriculteurs utilisent des bouteilles en plastique pour arroser leurs cultures en saison sèche

13 Février 2017
Une traduction pour cet article est disponible en English

Pendant plusieurs années, Mishick Mwanza a été guitariste dans un célèbre orchestre de la ville de Lusaka, la capitale zambienne. Il a émigré là-bas à l’adolescence, après passé l’enfance à aider son oncle à cultiver des légumes sur un lopin de terre humide le long du ruisseau Makungwa.

Au décès de son oncle en 2012, M. Mwanza arrêta sa carrière musicale. Il explique : « J’ai décidé de retourner au village pour récupérer le potager de mon oncle et reprendre la production légumière. »

M. Mwanza est originaire de Lufu, un village du district de Chipata, dans la province de l’Est de la Zambie. Il cultive maintenant plusieurs denrées, dont des légumes tels que les tomates et le gombo. La mauvaise pluviométrie pose d’énormes difficultés à M. Mwanza. La plupart des zones humides de sa région s’assèchent rapidement après la saison pluvieuse, ce qui complique la pratique du maraîchage. Toutefois, M. Mwanza a trouvé une solution à ce problème : l’irrigation de ses cultures avec des bouteilles d’eau en plastique.

Selon M. Mwanza, le changement climatique a raccourci la saison de production légumière, et de nombreux agriculteurs et agricultrices d’exploitations familiales de sa région ont renoncé à faire du maraîchage en saison sèche.

Il ajoute : « Si nous avions suffisamment d’eau pour nos cultures en saison sèche, d’avril à novembre, nous aurions pu produire assez de nourriture pour nous et même en avoir plus pour vendre. »

M. Mwanza affirme avoir appris la technique d’irrigation à la bouteille lors d’un atelier sur les méthodes d’irrigation simples pour les agriculteurs et les agricultrices d’exploitations familiales. Il explique : « L’atelier parlait d’une technique consistant à utiliser des pots en terre placés près de chaque plant du potager. Malheureusement, de retour chez moi, je n’ai pu avoir personne pour modeler des pots pour moi. J’avais cependant remarqué que beaucoup de gens jetaient les bouteilles en plastique, alors j’ai pensé les utiliser à la place des pots en terre. »

Il ajoute : « Chaque fois que je me rends en ville, je collecte les bouteilles en plastique comme un fou. »

M. Mwamza utilise une broche pour percer un petit trou au bas de la bouteille, avant de remplir celle-ci d’eau par la suite. Il place une bouteille à côté de chaque plant de tomate.

Au début, il avait de la difficulté à maîtriser cette technique. Lorsque la bouteille était munie d’un couvercle, l’eau ne s’écoulait pas. Mais lorsqu’il n’y avait pas de couvercle, l’eau s’écoulait trop rapidement. Il a testé plusieurs méthodes, puis a découvert que s’il creusait un trou au bas de la bouteille et un autre sur le côté, l’eau s’écoulait plus lentement. Avec plus d’essais, il a su qu’il fallait trois à quatre jours pour qu’une bouteille de 390 millilitres se vide complètement.

M. Mwanza explique que l’avantage qu’il y a à utiliser des bouteilles en plastique pour arroser les tomates c’est que l’eau se dirige directement vers les racines et qu’il y a très peu de gaspillage. Il raconte qu’autrefois il arrosait ses tomates matin et soir, mais que cela demandait beaucoup de travail. Désormais, il se contente d’arroser rien que tous les quatre ou cinq jours, lorsque vient le temps de remplir à nouveau les bouteilles. Il ajoute : « Cette méthode est également très efficace. Lorsque j’utilisais des arrosoirs, je devais recouvrir toute la planche de tomates complètement d’eau. Une partie de l’eau s’infiltrait dans le sol, mais une bonne quantité s’évaporait tout simplement. »

Untitled design (4)

Mishick Mwanza. Credit: Filius Jere

Edward Phiri cultive dans le village voisin de Kaduku. Lui aussi utilise des bouteilles en plastique pour arroser ses cultures. Il déclare : « L’irrigation des cultures à l’aide de bouteilles en plastique est très facile …. Je viens juste de planter des semis de Gliricidia dans mon champ et très bientôt les pluies s’arrêteront, mais j’ai l’intention de fournir de l’eau à mes jeunes plants avec les bouteilles en plastique jusqu’à ce qu’ils soient suffisamment robustes. »

La technique des bouteilles en plastique fonctionne bien pour M. Mwanza, et ce, même s’il affirme que cette technique est seulement pratique en saison sèche. L’autre difficulté c’est que, pendant ce temps, le soleil est brûlant et les bouteilles peuvent devenir fragiles. Certaines se brisent si on n’en prend pas soin.

Toutefois, il n’est pas nécessaire d’utiliser de l’eau propre pour arroser les plants. M. Mwanza utilise l’eau d’un puits ouvert peu profond, ce qui signifie qu’il y a parfois des particules dans l’eau qui peuvent boucher le trou d’irrigation creusé dans la bouteille.

Masautoso Sakala est l’agent de vulgarisation agricole local de la région. Il conseille aux agriculteurs et aux agricultrices d’utiliser un fût rempli de sable fluviatile pour filtrer les saletés contenues dans l’eau. Lorsque l’eau est renversée dans le fût, elle s’infiltre à travers le sable, puis se rend dans l’arrosoir par un tuyau d’évacuation. De cette manière, les particules sales restent dans le sable et ne bouchent pas les petits trous dans la bouteille d’eau.

M. Mwanza se sert de ce système rudimentaire pour arroser ses légumes. Il déclare : « Cette technique d’arrosage fonctionne bien avec les tomates et le gombo. J’aimerais maintenant la tester avec les légumes feuilles. Si ça fonctionne tout aussi bien, je m’attends à gagner beaucoup d’argent, car les hôtels pavillonnaires proposent un très bon prix pour les légumes feuilles rares comme l’épinard et le chou-fleur en saison sèche. »